Les révélations troublantes de l’épouse de l’agresseur de la Préfecture de police

Le profil de l’assaillant se précise au lendemain du terrible drame survenu au sein de la Préfecture de police de Paris. Entre 12h30 et 13h, Michael Harpon, agent administratif de 45 ans, s’est engagé dans un « parcours meurtrier » tuant quatre fonctionnaires à coups de couteaux, avant d’être abattu par un jeune policier stagiaire, dans la cour de la Préfecture de police.

préfecture

Photo AFP.

>>>À lire aussi : Quatre policiers tués dans une attaque au couteau à la préfecture de police de Paris, l’assaillant a été abattu

L’assaillait aurait entendu des voix et eu des visions la nuit précédent son passage à l’acte

Placée en garde à vue jeudi après le drame, sa femme a été entendue par les enquêteurs de la Brigade criminelle. Elle a décrit aux enquêteurs un « comportement inhabituel et agité » de son mari la veille au soir, évoquant notamment des hallucinations. L’agresseur aurait ainsi entendu des voix et eu des visions pendant la nuit selon les informations de Franceinfo et BFM TV, citant des sources proches de l’enquête.

Les perquisitions menées jeudi au domicile du couple à Gonesse (val-d’Oise) n’ont pas révélé d’éléments accréditant l’hypothèse d’une radicalisation violente de cet homme, converti à l’islam il y a 18 mois, précise une source proche du dossier à l’AFP. Le matériel informatique saisi lors de la perquisition était toujours en cours d’examen vendredi, a-t-elle ajouté.

« Nous n’avons pas d’indication sur une éventuelle radicalisation de l’auteur de ces assassinats, indique la porte-parole du gouvernement, Sibeth N’Diaye sur Franceinfo ce vendredi.  Le procureur de Paris et le procureur du parquet antiterroriste sont en lien étroit. C’est à eux de décider de la qualification des faits qui aujourd’hui ne relèvent pas du terrorisme à ce stade des investigations. »

prefecture police

Photo AFP

>>>À lire aussi : Condé-sur-Sarthe : l’assaillant Michael Chiolo voulait « venger » Chérif Chekatt

Il n’avait jamais « présenté le moindre signe d’alerte » selon Christophe Castaner

Né à Fort-de-France en Martinique, l’assaillant travaillait depuis 2003 comme informaticien au service technique de la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP). « Cet homme était connu dans le service, dans le service informatique. Il n’a jamais présenté de difficultés comportementales et n’a jamais présenté le moindre signe d’alerte » a témoigné le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner depuis les locaux de la préfecture jeudi après-midi.

Selon France 2, sa femme a indiqué lors de sa garde à vue que son mari, père de deux enfants et sourd à 70%, n’entretenait pas de très bons rapports avec sa hiérarchie. Il avait le sentiment de ne pas être reconnu à sa juste valeur à cause de son handicap, et de la promotion qu’il souhaitait sans être pour autant entendu et récompensé.

Jeudi, entre 12h30 et 13h, muni d’un couteau de cuisine, il a d’abord mortellement blessé deux policiers et un agent administratif de la DRPP, dans deux bureaux au premier étage du bâtiment, selon une source proche de l’enquête. Il s’en est ensuite pris à deux femmes : une policière, mortellement blessée, et une employée. Un jeune policier de la Direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) l’a ensuite sommé, en vain, de lâcher son couteau, avant de l’abattre avec son arme de service.

Le parquet antiterroriste n’a pas été saisi et une enquête a été ouverte pour homicides volontaires.

>>>À lire aussi : Une jeune femme de 21 ans est décédée après avoir chuté du 12ème étage à Ivry-sur-Seine : son ex-conjoint placé en garde à vue

En savoir plus sur : - -

Publié par Maxime le 04 Oct 2019
0