L’ancien président du Pérou se suicide à l’arrivée de la police venue l’arrêter

Alan Garcia, président du Pérou de 1985 à 1990 et de 2006 à 2011, est mort à Lima, le mercredi 17 avril 2019. L’ancien chef d’État qui allait fêter ses 70 ans le mois prochain s’est suicidé, acculé par les soupçons de fraude et de corruption qui pesaient sur lui. Il a mis fin à ses jours d’une balle dans la gorge, à l’arrivée des policiers venus l’arrêter à son domicile.

 

> À lire aussi : Un humoriste, connu pour jouer le rôle d’un président, sur le point de devenir président en Ukraine

Alan Garcia a été président du Pérou une deuxième fois, après son exil

Alan Garcia Perez a été deux fois président de la République du Pérou. Après sa première présidence, les premiers soupçons d’enrichissement illicite ont été révélés en 1991. Suite à la crise constitutionnelle du Pérou de 1992, un coup d’État provoqué par le président en place, Fujimori, il est contraint de s’exiler afin de ne pas être capturé par les forces militaires. Après un exil en Colombie, il vivra en France au moins jusqu’en 1998 et ne retournera pas au Pérou avant 2001. Après une première candidature ratée en 2001, il réussit à se faire élire président pour un deuxième mandat en 2006.

> À lire aussi : Emmanuel Macron président illégitime ? Plus de constitution en France ? L’Intox Facebook du moment

Très impopulaire, il est au cœur du scandale de l’affaire Odebrecht

En 2018, un scandale éclate et il est accusé d’avoir perçu de l’argent de la multinationale brésilienne Odebrecht. La société était chargée de construire la ligne de métro dans la capitale et d’autres grands chantiers portuaires. Il aurait bénéficié de fonds illégaux, qu’il faisait notamment passer pour des paiements de conférences données au Brésil. Depuis la fin de son deuxième mandat, il vivait en Espagne, mais en 2018, il a accepté de retourner au Pérou, suite à la convocation de la justice péruvienne dans le cadre de cette affaire de pots-de-vin. Dans son propre pays, il avait demandé l’asile à l’ambassade d’Uruguay, qui lui avait été refusé. L’enquête suivant son cours, mercredi 17 avril 2019, la police a fait irruption dans sa résidence, dans le but de l’arrêter et de l’interroger dans l’affaire Odebrecht. Cette société de travaux publics a reconnu avoir versé environ 700 millions d’euros de pots-de-vin un peu partout dans le monde pour s’assurer de remporter des contrats. D’autres politiciens péruviens de tous bords sont impliqués dans cette affaire, puisque la société a avoué avoir versé au moins 29 millions de dollars à des politiciens du pays entre 2005 et 2014.

> À lire aussi : Carlos Ghosn clame son innocence et accuse des dirigeants de Nissan de trahison

L’ancien président se suicide devant la police

Pour Alan Garcia, surnommé l’homme « le plus impopulaire du Pérou », cette humiliation semblait trop difficile à supporter. Lorsqu’il a vu la police arriver chez lui, il aurait demandé à parler à son avocat. La suite des faits n’a pas été détaillée, mais il aurait pris un pistolet qu’il avait sur lui et s’est tiré une balle dans la gorge. Emmené à l’hôpital, il est mort sur la table d’opération, trois heures après avoir rejoint l’établissement. Ses proches étaient autour de lui. Il était père de 6 enfants. Malgré son impopularité, le peuple sait que l’ensemble de la classe politique au pouvoir mais aussi de l’opposition a trainé dans l’affaire Odebrecht. C’est un choc pour le Pérou de voir que leur ancien président impopulaire en soit la première victime. Sa dépouille a été déposée à la Maison du peuple, les locaux de son parti. Malgré les rivalités politiques, le président actuel, Martin Vizcarra, a décrété 3 jours de deuil national.

> À lire aussi : Le Loup de Wall Street financé par de l’argent sale ?

Crédits : AFP/Getty, AP, Reuters

En savoir plus sur : - - - - - -

Publié par Nicolas F le 21 Avr 2019
0