Album posthume de Johnny Hallyday : le message du rockeur à sa femme Laeticia qui va la mettre dans l’embarras

 

Johnny Hallyday savait que cette guerre des clans allait éclater.

On entendra beaucoup parler de Johnny Hallyday en ce mois d’octobre. En effet, son album posthume sortira le 19 octobre prochain ainsi que deux biographies, dont une écrite par Gilles Lhote et intitulée Johnny Hallyday, ni Dieu ni diable. Dans cet ouvrage, il donne quelques précisions sur le véritable trait de caractère de l’idole des jeunes. Ainsi, au magazine Closer, le biographe explique : « Johnny Hallyday était un manipulateur de génie. Il savait ce qui allait se passer. Il est le seul responsable de cette guerre des clans. »

 

Johnny Hallyday est le seul responsable de cette guerre des clans

Ainsi, selon Gilles Lhote, Johnny Hallyday n’a pas averti David Hallyday et Laura Smet qu’il ne leur léguait rien, et c’est lui seul qui a tout orchestré. Son épouse Laeticia n’y est pour rien, et « les médias et les fans ont tort de l’accabler ». Ainsi, le biographe explique dans Closer : « Toute cette affaire, c’est du Johnny tout craché. Sa grande phrase, c’était : « quand je ne suis pas imprimé, je suis déprimé. » Or, un an après sa mort, il est encore plus imprimé qu’avant ! Et ça ne fait que commencer. »

 

Dans 3 titres, le rockeur a caché des messages à Laeticia

Ainsi, comme l’explique Gilles Lhote, Johnny Hallyday a tenté de dissimuler quelques messages dans plusieurs titres de son album posthume. Ces messages sont destinés à son épouse. Et force est de constater qu’il savait que Laeticia serait conspuée de toute part en agissant de la sorte. Gilles Lhote explique : « Il y a trois chansons sur son album, où il évoque le tumulte qui va suivre, où il explique à Laeticia qu’il va la mettre dans l’embarras avec cette décision. » Ces messages sont dissimulés dans trois chansons : Pardonne-moi, j’en parlerai au diable et je ne suis qu’un homme.

Laeticia n'assistera pas au premier anniversaire de la mort de Johnny Hallyday

 

En savoir plus sur : - -

Publié par Charlotte Zuber le 01 Oct 2018
 
0