Alexandre Benalla : 11 000 euros d’allocations chômage alors qu’il assurait être en CDI !

Quand s’arrêteront les rebondissements autour de l’affaire Benalla ? Mis en cause pour des violences sur des manifestants lors des rassemblements du 1er mai 2018, l’ancien chargé de mission à l’Elysée avait été licencié suite aux révélations du Monde à son sujet. Le point de départ d’une affaire qui mine le pouvoir exécutif depuis plus d’un an. Ciblé par les principaux médias d’investigation, Alexandre Benalla s’était fait épingler par la commission d’enquête des lois du Sénat avant de faire un détour par la case prison en février dernier pour avoir violé son contrôle judiciaire et son interdiction d’entrer en contact avec Vincent Crase, lui aussi mis en cause. L’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron est aujourd’hui au coeur d’une nouvelle polémique nauséabonde relative à des allocations chômage.

Alexandre Benalla en contact avec Brigitte Macron

>>>À lire aussi : Cette confidence d’Alexandre Benalla qui dérange Emmanuel Macron

Alexandre Benalla percevait des allocations chômage alors qu’il assurait être en CDI

Licencié de l’Elysée après les révélations du Monde en juillet dernier, Alexandre Benalla bénéficiait du droit à l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), au titre de son ancien travail d’agent public contractuel. Une aide financière ajustable en fonction des anciens revenus perçus par le bénéficiaire. Censée remettre les chômeurs sur la voie du travail, cette allocation disparaît dès que la personne bénéficiaire retrouve une activité. Problème, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron aurait perçu 11 000 euros d’aide entre août et octobre 2018… alors qu’il aurait assuré être en CDI, révèle Mediapart.

>>>À lire aussi : Alexandre Benalla, il retrouve un travail plutôt étonnant à Paris

Des aides généreuses d’hommes d’affaires français et des faux contrats de travail ?

Selon les informations dévoilées du journal, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron aurait reçu d’importantes sommes d’argent versées par Vincent Miclet et Philippe Hababou Solomon, deux hommes d’affaires français implantés en Afrique. Pour justifier ces virements, Alexandre Benalla aurait présenté à sa banque un CDI de « conseiller personnel » de Hababou Salomon et n’aurait donc pas pu bénéficier des allocations chômage. Des accusations auxquelles les principaux intéressés n’ont pas souhaité répondre. Ces nouvelles révélations exclusives du site d’investigation relancent la polémique autour de l’affaire Benalla. L’ancien chargé de mission à l’Elysée a été aperçu dernièrement à la Foire du Trône aux côtés de Marcel Campion, qui lui proposait de devenir le consultant sécurité de l’événement annuel à Paris.

>>>À lire aussi : Cellule de 9m², téléphone, télé, quelles étaient les conditions de détention d’Alexandre Benalla ?

En savoir plus sur : -

Publié par Maxime le 17 Juin 2019
0