Amputé de ses membres, on lui refuse l’accès à deux bus… Sa réaction est extraordinaire !

C’est une histoire assez étonnante qui s’est déroulée à Saint-Ouen, non loin de Paris. Un Burkinabé de 39 ans, qui s’est vu refuser l’accès à deux bus consécutifs, a rattrapé le deuxième afin de bénéficier de son droit.

 

 

Venu dans le « pays des droits de l’homme »

Soumaïla Traoré est un homme très courageux. Ce burkinabé de 39 ans est handicapé et privé de ses quatre membres depuis un accident ferroviaire. Après avoir quitté son pays d’origine pour rejoindre la France,  » le pays des droits de l’homme », Soumaïla a suivi des cours de droit à l’université de Cergy-Pontoise, dans le Val d’Oise. En parallèle, l’homme fait  tout son possible pour que les conditions des handicapés s’améliorent. Malheureusement, la réalité du terrain est plus compliqué et Soumaïla en a fait les frais.

 

La scène se passe à Saint-Ouen, dans le département de la Seine-Saint-Denis. Lundi dernier, l’homme de 39 ans s’est vu refuser par deux fois l’accès au bus 137. Une première fois à cause du manque de place dans le moyen de transport  (l’intéressé a confirmé cet argument). Cependant, le conducteur lui annonce qu’un deuxième bus arrive juste derrière et qu’il pourra entrer à l’intérieur.

 

Sûr de monter , Soumaïla se prépare à la montée. Mais à son arrivée, le conducteur n’ouvre même pas la porte et refuse que l’homme entre. Sur un air désolé, le machiniste de la ligne 173  décide de continuer la poursuivre de son trajet, laissant l’handicapé attendre un troisième bus.

 

Véxé, Soumaïla part la poursuite du bus !

Soumaïla 2

Si pour le premier bus, l’excuse était valable, Soumaïla n’a pas accepté que le deuxième soit aussi médisant à son égard. Et sa réaction fut spectaculaire.

Et pour cause, Soumaïla a fait le choix de rattraper le bus, poursuivant le véhicule avec son fauteuil électrique ! Parvenu à sa hauteur, l’homme bloque le bus et demande au conducteur d’appeler ses supérieurs hiérarchiques.

 

Finalement, le conducteur va actionner la rampe d’accès et Soumaïla a pu entrer dans le transport en commun. L’homme s’est expliqué sur son geste.

« En bloquant le bus, je voulais aussi faire comprendre aux passagers que je n’étais pas différent d’eux. Moi aussi, j’ai des activités, des heures de rendez-vous à respecter. Pourquoi eux pourraient-ils vivre normalement et pas moi ? Pourquoi étaient-ils tous indifférents au fait que je ne puisse pas monter dans le bus ? », s’est-il offusqué au Parisien.

 

De son coté, la RATP s’est défendue en disant que touts les arrêts de la ligne 173 n’étaient pas équipés des infrastructures pour les handicapés et que les installations seront effectives en 2021 pour tout le réseaux.

 

Néanmoins, on ne peut que saluer la bravoure de Soumaïla Traoré, qui s’est fait remarquer par son courage et son envie d’être considéré comme n’importe quel citoyen.

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par La Rédaction le 30 Juil 2018