Coronavirus : 250 euros facturé aux familles pour le passage du cercueil à Rungis !

Les larmes sont la seule échappatoire face à la douleur de toutes les familles qui ont perdu un proche à cause du Covid-19. Impossible de leur dire au revoir, de le voir une dernière fois… Entreposés à Rungis, les familles des victimes doivent cependant débourser plusieurs centaines d’euros pour le passage du cercueil dans la ville. « Ce n’est pas acceptable » estime Sandrine Thiefine, directrice des pompes funèbres de France, sur BFMTV.

>> À lire aussi : Confinement : face à la crise, La Poste annonce de nouveaux grands changements pour les jours à venir !

250 euros facturés pour le passage d’un cercueil à Rungis

La séquence a fait le tour des réseaux sociaux, et de nombreux internautes s’en insurgent. En pleine crise sanitaire où la barre des 10 000 morts a été franchie il y a quelques jours, les familles en deuil font face à une décision « inadmissible » . Invitée sur le plateau de BFMTV, Sandrine Thiefine, Directrice des pompes funèbres de France, s’exprime sur une polémique qui date de la veille. En effet, un entrepôt de Rungis, servant au marché, a été reconverti en morgue afin de pallier à la surcharge des services funéraires d’Île-de-France. Mais pour pouvoir entreposer le cercueil d’un proche dans l’entrepôt, la famille doit débourser 250 euros. « Ce n’est pas acceptable » fustige la directrice des pompes funèbres de France, qui n’est pas à l’origine de cette décision.  Cette dernière ajoute : « On ne peut pas facturer aux familles un passage dans un entrepôt à Rungis » .

>> À lire aussi : Coronavirus : ces footballeurs qui devraient voir leurs salaires diminués de moitié !

50 euros pour les familles qui veulent se recueillir…

Sandrine Thiefine ne comprend pas. Et ce n’est pas la seule. De nombreuses familles doivent débourser plusieurs centaines d’euros afin de laisser le cercueil d’un proche dans un simple entrepôt. Une décision inadmissible, qui va encore plus loin. Si les familles veulent se recueillir, il leur faudra débourser 50 euros, pour une heure de recueillement.  La directrice explique dans un second temps que les citoyens disposent, en France, de « six jours pour inhumer une personne » . « À partir de là, à Rungis, on facture une journée supplémentaire 35 euros » ajoute-t-elle.

L’entrepôt de Rungis a été « réquisitionné  par le préfet de police de Paris » afin d’entreposer les cercueils et faire face à la surcharge de travail des pompes funèbres d’Île-de-France. Mais face à la situation, la directrice des pompes funèbres de France estime que Didier Lallement devrait rendre des comptes. « Je pense que c’est important de lui poser la question » a-t-elle indiqué sur BFMTV.

>> À lire aussi : Coronavirus : Une nouvelle attestation est désormais nécessaire pour certaines personnes

Source : BFMTV
Publié par Jessy le 10 Avr 2020
0