Coronavirus : un chercheur déclare que la pandémie pourrait sauver plus de vies humaines qu’en emporter

La France est plongée depuis le 17 mars dans un confinement qui est déjà difficile de supporter pour beaucoup de citoyens. Alors que l’Italie et la Chine ont réussi à se contenir et rester chez eux, ils font croire que l’indiscipline de certains Français est plus forte que tout. Mais le confinement lié au virus pourrait sauver plus de vies humaines qu’en emporter, selon un chercheur !

>> À lire aussi : Coronavirus en Italie : la vidéo choc de médecins débordés de travail (Vidéo)

Le confinement permet une diminution notable de la pollution de l’air !

Alors que plusieurs pays sont confinés, le coronavirus continue à faire des morts. En Chine, le virus ne semble plus sévir, mais le pays prend tout de même des précautions. En Italie, le nombre de décès ne cesse d’augmenter considérablement chaque jour, alors qu’en France, les médecins affirment que la vague de personnes contaminées n’est pas encore passée.

Cependant, Marshall Burke, chercheur au sein du département des ressources environnementales à l’Université de Stanford, a indiqué que la pollution de l’air a considérablement diminué dans certaines parties de la Chine. « Compte tenu de l’énorme quantité de preuves indiquant que la respiration d’air pollué contribue fortement à la mortalité prématurée, la question naturelle est de savoir si les vies sauvées par cette réduction de la pollution causée par les perturbations économiques dues au Covid-19 dépassent le nombre de morts entraînées par le virus » explique le chercheur.

Coronavirus : le bénéficiaire, c’est l’air… pour l’instant

>> À lire aussi : Coronavirus : un autotest en ligne pour détecter la maladie !

Chine, Italie, Etats-Unis et France : un virus en faveur de la nature ?

Selon le chercheur, les deux mois de réduction de la pollution en Chine pourraient sauver 4 000 enfants de moins de 5 ans, comme le rapporte Sputnik News, mais aussi 73 000 adultes de plus de 70 ans. La diminution de la pollution de l’air ne s’arrête cependant pas qu’à la Chine : « La baisse des émissions de dioxyde d’azote dans la vallée du Pô, dans le nord de l’Italie, est particulièrement évidente. […] Nou sommes très confiants dans le fait que la réduction des émissions que nous pouvons voir coïncide avec le confinement en Italie » explique Caude Zehner, qui travaille pour la mission Copernicus Sentinel-5P.

Une pollution qui a également diminué en France, mais qui ne durera que le temps du confinement !

Et pour vous occuper pendant le confinement, on vous propose 1 mois d’OCS et d’Amazon Prime vidéo GRATUIT ICI

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Jessy le 22 Mar 2020
0