Coronavirus : un préfet lève le dispositif de confinement mis en place par le maire

En cette première semaine de vacances scolaire, et le week-end de Pâques, les forces de l’ordre ont doublé de vigilance pour contrôler les potentiels vacanciers qui ne respectent pas le confinement. Comme une grande cours de récréation, les Français doivent encore être surveillés. Alors que la maire de Sète avait pris la décision de contrôler et empêcher les non-Sétois d’entrer dans la ville durant tout le week-end de Pâques, le préfet de l’Hérault a annulé l’opération.

>> À lire aussi : Drame en plein enterrement d’une victime du coronavirus (vidéo)

Le maire de Sète veut interdire le passage des non-Sétois dans la ville

Dans le but d’empêcher l’entrée des vacanciers à Sète, le maire de la ville, François Commeinhes, a pris la décision de fermer la circulation au niveau de la route de Balaruc, et contrôler les deux autres accès routiers à la ville afin que les vacanciers n’entrent pas dans la ville. Une mesure mise en place pour le week-end de Pâques, afin d’isoler Sète et ne pas prendre le risque d’une propagation du Covid-19 dans la ville. Une décision rendue effective hier, à partir de vendredi, à 18 heures.

Le préfet de l’Hérault, Jacques Witkoski.

>> À lire aussi : Coronavirus : « J’ai honte. J’irai m’excuser auprès de ma mère pour l’avoir abandonnée à Rungis » … Un homme en larmes sur BFMTV répond à la polémique de la morgue de Rungis !

Le préfet de l’Hérault s’oppose à la décision du maire de la ville !

Rapidement, le préfet de l’Hérault, Jacques Witkoski, a expressément demandé au maire de Sète de rouvrir la circulation de la RD2, et d’annuler la mise en place des contrôles systématiques des véhicules voulant entrer dans la ville. Le maire devait donc faire machine arrière, afin de respecter le principe de libre circulation, comme l’indique France Bleu. Entre les deux hommes, rien ne va plus, et le maire de Sète n’a pas apprécié la décision du préfet. Afin de garder le contrôle de sa ville, François Commeinhes a demandé aux policiers municipaux de contrôler les attestations dérogatoires de déplacement de chaque personne voulant entrer dans la ville.

>> À lire aussi : L’explosion d’un cachalot à la dynamite : le flop à éviter en période de crise du coronavirus

Source : France Bleu Hérault

Publié par Jessy le 12 Avr 2020
0