Dans un manifeste, 13 000 étudiants disent NON aux entreprises polluantes

Des étudiants de grandes écoles signent un manifeste en révolte contre le modèle économique actuellement en place. En effet, ils s’engagent à refuser tout emploi de la part d’entreprises qui contribuerait à l’épuisement des ressources et au désastre écologique. Un acte politique pour faire changer les mentalités. 

 

Quand des étudiants de grandes écoles dénoncent le modèle économique en place

« Je suis convaincu qu’il y a un certain mal-être au travail, un problème de sens sur la finalité du travail et c’est un questionnement qu’on voit à plusieurs niveaux dans l’entreprise » (Antoine Lutz, chercheur en neurosciences à l’université de Lyon I). Un questionnement que 13 000 étudiants décident de prendre à bras-le-corps et qu’ils inscrivent dans un manifeste. En effet, les esprits de demain refusent de collaborer au désastre écologique produit en partie par certaines grandes entreprises. 

 

« Nous, étudiants en 2018, faisons le constat suivant : malgré les multiples appels de la communauté scientifique, malgré les changements irréversibles d’ores-et-déjà observés à travers le monde, nos sociétés continuent leur trajectoire vers une catastrophe environnementale et humaine. Nous, signataires de ce manifeste, sommes pourtant convaincus que ce sombre tableau n’est pas une fatalité. »

 

« Deux options s’offrent aujourd’hui à nous : poursuivre la trajectoire destructrice de nos sociétés, se contenter de l’engagement d’une minorité de personnes et en attendre les conséquences ; ou bien prendre notre avenir en main en décidant collectivement d’anticiper et d’inclure dans notre quotidien et nos métiers une ambition sociale et environnementale, afin de changer de cap et ne pas finir dans l’impasse. »

 

« Face à l’ampleur du défi, nous avons conscience que les engagements individuels, bien que louables, ne suffiront pas. En effet, à quoi cela rime-t-il de se déplacer à vélo, quand on travaille par ailleurs pour une entreprise dont l’activité contribue à l’accélération du changement climatique ou de l’épuisement des ressources ? »

 

 

étudiants-manifeste-13 000-écologie-pollution-écologies

« Nous affirmons qu’il est possible de bien vivre sans sombrer ni dans l’ultra-consommation ni dans le dénuement total. »

 

 

Un engagement en guise de manifeste pour un réveil écologique

Ce que dénoncent ces étudiants, c’est surtout l’ampleur des désastres climatiques et environnementaux. Face à ce constat, ils s’engagent donc publiquement à répondre de leurs actes en tant que citoyen et à œuvrer pour le monde de demain. Une démarche courageuse, signe d’un changement dans les mentalités. 

 

« Au fur et à mesure que nous nous approchons de notre premier emploi, nous nous apercevons que le système dont nous faisons partie nous oriente vers des postes souvent incompatibles avec le fruit de nos réflexions et nous enferme dans des contradictions quotidiennes. »

 

« Nous souhaitons profiter de la marge d’action dont nous bénéficions en tant qu’étudiants en nous tournant vers les employeurs que nous estimerons en accord avec nos revendications exprimées dans ce manifeste. Nous affirmons qu’il est possible de bien vivre sans sombrer ni dans l’ultra-consommation ni dans le dénuement total. »

 

« En tant que citoyens, en tant que consommateurs, en tant que travailleurs, nous affirmons donc dans ce manifeste notre détermination à changer un système économique en lequel nous ne croyons plus. Nous sommes conscients que cela impliquera un changement de nos modes de vie, car cela est nécessaire : il est grand temps de prendre les mesures qui s’imposent et de cesser de vivre au-dessus de nos moyens, à crédit de la planète, des autres peuples et des générations futures. »

Publié par Claire le 20 Oct 2018
0