Neuf femmes défigurées par l’acide sulfurique sont devenues mannequins lors d’un défilé de haute-couture

Malheureusement, les attaques à l’acide se multiplient de plus en plus, notamment en Angleterre où on déplore des attaques chaque semaine. Mais cette technique abjecte existe depuis toujours, dans le cas de « crimes d’honneur » en Asie. L’Inde connait elle aussi un nombre incroyable de victimes qui resteront défigurées à vie. Dans ce pays où les attaques à l’acide sont souvent l’œuvre de maris jaloux, trompés ou quittés, un défilé de mode un peu particulier a été organisé à New Delhi. Neuf femmes défigurées par l’acide ont défilé pour l’association Make Love Not Scars.

 

Les gens évitent leur regard

Neuf femmes défigurées par l’acide sulfurique ont défilé pour la première fois sur un podium, vêtues de tenues de haute-couture. Parmi les marques prestigieuses on a pu retrouver les couturiers indiens Rohit Bal, Ranna Gill et Archana Kohchar. Les femmes ont, pour la plupart, été les victimes de leur mari ou de leurs proches qui ont eu une envie de vengeance et leur ont balancé de l’acide au visage. Leur exposition à visage découvert est un grand pas et un symbole fort pour ces modèles d’un jour. « Les gens tournent souvent le regard. Ils vont se mettre à marcher dans l’autre direction quand ils me voient », explique Meena Khatoon, l’un des mannequins.

 

Elles doivent aller de l’avant

« Je dois construire ma vie. J’ai un fils qui doit étudier et je dois le soutenir », raconte-t-elle, lucide qu’elle doit tourner la page malgré tout et aller de l’avant. Comme les huit autres filles, Meena est membre de l’association Make Love Not Scars qui organisait le défilé. Il s’agit d’une association qui apporte son soutien aux personnes qui subissent un traumatisme à cause de mutilations.

 

C’est le cœur qui nous rend beau

Reshma Bano Qureshi, 20 ans, a quant à elle, été la victime de son beau-frère qui lui a lancé de l’acide alors qu’il pensait viser sa femme. « J’avais peur qu’on me demande tout le temps ce qui m’était arrivé. Qu’on me dise que je ne me marierai jamais. Qu’on me dise que je n’étais pas belle. Mais je suis fière et j’ai confiance en qui je suis. Je veux que les gens sachent que le visage n’est pas ce qui vous rend beau, mais votre cœur. » Ce n’est d’ailleurs pas sa première expérience en la matière pour Reshma puisqu’elle avait déjà été invitée à la Fashion Week de New York. « Je suis si heureuse que les autres filles aient eu l’opportunité de profiter de la même expérience que celle que j’avais déjà vécue ». En plus de changer le regard des autres, cette action a aussi pour but de montrer le vrai visage des victimes qui sont malheureusement souvent mises de côté par les autorités ou les familles, qui deviennent complices de ces attaques.

Images video : Cover Asia Press/Faisal Malagray

Publié par Nicolas F le 02 Déc 2017
 
0