Didier Andrieux, ce policier qui frappe des manifestants ! (vidéo)

Visiblement, il n’y a pas que les Gilets Jaunes qui sont en colère. Les policiers aussi… Le 5 janvier, on découvre les images choquantes de Didier Andrieux en train de frapper des manifestants. Et le pire, c’est que ce Monsieur fait partie de la promotion 2019 pour la Légion d’honneur.

 

Didier Andrieux, un policier en colère

Ce samedi 5 janvier fut l’occasion d’une nouvelle manifestation en Gilets Jaunes. À Paris et en région, de nombreux affrontements ont encore une fois éclaté entre les forces de l’ordre et les manifestants. Et depuis le début du mouvement, nous n’avons de cesse de voir des images de démonstration de force de la part des policiers. Grenades lacrymogènes, flashball, canon à eau… Tout est bon pour repousser la foule en colère et parfois au détriment de nombreuses personnes présentes.

 

 

 

On se souvient par exemple de ce jeune homme amputé de la main après avoir voulu repousser une grenade lacrymogène ou encore du journaliste Hugo Clément qui se prend un tir de flashball directement dans l’arcade sourcilière. Alors, quand ce dimanche 6 janvier, la France découvre les images de Didier Andrieux, la vidéo devient évidemment virale.

 

 

didier-andrieux-fracasse-manifestants

34 ans de service à son actif, il fait également partie de la promotion pour la Légion d’honneur du 1er janvier 2019…

 

Didier Andrieux, ce policier qui fracasse des manifestants

Sur la vidéo, on peut voir Didier Andrieux s’en prendre à deux manifestants visiblement déjà maîtrisés. Ce qui pose tout de suite la question de la légitimité de ses coups… A priori, ce policier serait commandant divisionnaire et « actuellement responsable par intérim des 400 policiers en tenue de Toulon. » 34 ans de service à son actif, il fait également partie de la promotion pour la Légion d’honneur du 1er janvier 2019…

 

 

 

Selon les premières informations, et suite à la vidéo postée sur Facebook, le policier fait désormais l’objet d’une enquête de l’IGPN. Par ailleurs, une femme de 35 ans affirme avoir été frappée par le commissaire divisionnaire et a porté plainte contre l’intéressé. Évidemment, ce dernier a démenti. Tout comme la police de Toulon ainsi que la préfecture du Var qui se refusent à tout commentaire indiquant seulement que la manifestation de samedi a fait deux blessés des deux côtés.

En savoir plus sur : - -

Publié par Claire le 07 Jan 2019