Diego, la tortue aux 800 enfants prend sa retraite après avoir sauvé son espèce

Diego est une tortue géante de l’espèce des Chelonoidis hoodensis. L’animal a, à lui seul, engendrer plus de 800 enfants lors d’une opération de reproduction en captivité sur l’île de Santa Cruz, dans Les Galapagos. Après avoir sauvé son espèce de l’extinction, il est aujourd’hui temps pour Diego de retrouver sa liberté sur son île natale . Retrouvez cette tortue hors du commun dans la vidéo ci-dessous :

À Lire aussi : Un chien squelettique et en hypothermie a vécu un véritable enfer !

Il y a 50 ans seulement deux mâles et douze femelles tortues géantes étaient encore présentes sur l’île Espanola dans l’archipel des Galapagos. Il était donc difficile d’assurer la survie de l’espèce. Le Parc national des Galapagos a mis en place un programme de reproduction en captivité. Il a rassemblé plusieurs spécimens du monde entier à Santa Cruz, dans Les Galapagos, en 1976. Parmi les 14 mâles ramenés se trouvait Diego. Il a été rapatrié du zoo San Diego des Etats-Unis, zoo qui lui a donné son nom.

En 50 ans, la tortue Diego a eu 800 enfants, il va prendre sa retraite

Depuis l’instauration de ce programme, 2000 tortues géantes auraient vu le jour. Elles vivent à présent sur l’ile d’origine de Diego, Espanola. Diego avec sa grande libido a été le plus performant. Il est le géniteur de 800 de ces nouveaux-nés, soit près de 40 %, un beau score. La tortue est une véritable sauveuse pour son espèce, menacée d’extinction. Les tortues ont été réintroduites dans l’archipel des Galapagos et donc Diego va pouvoir, en mars, rentrer chez lui à Espanola. Il va prendre sa retraite bien méritée sur son île à plus de 100 ans. Il n’avait plus vu cette île depuis plus de huit décennies. Les animaux seront toutefois mis en quarantaine quelque temps avant de regagner leurs îles pour limiter les risques de dispersion de plantes exogènes.

Pour Jorge Carrion, le directeur du Parc national des Galapagos, cette opération prouve donc que « elles sont capables de grandir, de se reproduire et de développer leur vie naturelle » , a-t-il déclaré à l’AFP. M. Carrion est très heureux de rendre la liberté à ses animaux. Il compte toutefois perpétuer son programme de reproduction en captivité pour quatre autres espèces de l’archipel.

À Lire aussi : Pollution : Un cobra régurgite avec difficultés une bouteille en plastique

En savoir plus sur : - - -

Publié par Romane le 15 Jan 2020
0