Gilets jaunes : Emmanuel Macron promet « des réponses fortes » après les violences de l’acte 18

 

Les Gilets jaunes avaient coché la date du samedi 16 mars depuis plusieurs semaines dans leurs agendas. L’acte 18 de mobilisation coïncidait ainsi avec la fin du grand débat organisé par Emmanuel Macron pour mettre un terme à la grogne sociale. Devant le manque de réponses apportées, les manifestants promettaient de se faire entendre par tous les moyens ce samedi, plus de cinq mois après la première journée d’actions du 17 novembre dernier. Problème, des casseurs ont infiltré en masse les cortèges des Gilets jaunes pour faire régner désordre et chaos dans les rues de Paris. L’avenue des Champs-Elysées, vitrine du rayonnement de la France à l’international, a été le théâtre d’incroyables scènes de violence. Des images qui font tâche pour Emmanuel Macron et le gouvernement.

 

>>>À lire aussi : Le Fouquet’s saccagé sur les Champs-Elysées pendant l’acte 18 des Gilets jaunes

 

Emmanuel Macron écourte ses vacances au ski

Tout juste rentré d’une tournée de trois jours en Afrique de l’Est, Emmanuel Macron s’est rendu vendredi dans la station pyrénéenne de La Mongie. Le président de la République et sa compagne pensaient décompresser l’espace de « deux-trois jours » sur les pistes de ski près des sommets enneigés. Mais les débordements survenus dans la capitale, où 80 boutiques de l’avenue des Champs-Elysées ont été pillées et saccagées, ont obligé le chef d’Etat à écourter son séjour pyrénéen. Rentré en urgence à Paris samedi soir, Emmanuel Macron a convoqué ses ministres dans la cellule de crise du ministère de l’Intérieur.

Emmanuel Macron

 

>>>À lire aussi : Une banque incendiée pendant l’acte 18, une femme et son bébé sauvés de justesse

 

Le chef d’Etat promet des « réponses fortes » après les violences sur les Champs-Elysées

Devant Edouard Philippe, Christophe Castaner, Nicole Belloubet et Laurent Nuñez notamment, Emmanuel Macron a fermement condamné les violences qui ont émaillé l’acte 18 des Gilets jaunes. « Ce qu’il s’est passé aujourd’hui sur les Champs-Élysées, ça ne s’appelle plus une manifestation. Ce sont des gens qui veulent détruire la République, au risque de tuer. Tous ceux qui étaient là se sont rendus complices de cela. Beaucoup de choses ont été faites depuis novembre, mais la journée d’aujourd’hui montre que sur ces sujets-là, nous n’y sommes pas. Je veux qu’on prenne dans les meilleurs délais des décisions fortes pour que cela n’advienne plus. »

 

>>>À lire aussi : Christophe Castaner en boîte de nuit après l’acte 17 des Gilets jaunes

 

Matignon reconnaît des « dysfonctionnements » après les violences sur les Champs-Elysées

Les images des Champs-Elysées saccagés samedi après-midi ont fait le tour du monde et choqué à l’international. Suite à ces débordements, Edouard Philippe a reconnu des « dysfonctionnements » dans le dispositif de sécurité mis en place dans la capitale pour couvrir cet acte 18 des Gilets jaunes. Le Premier ministre fera un rapport à Emmanuel Macron pour mettre en lumière ces « insuffisances » qui n’ont pas permis d’éviter le saccage d’une partie des Champs-Elysées. Les ministres de l’Intérieur et de l’Economie Christophe Castaner et Bruno Le Maire seront quant à eux auditionnés mardi après-midi par le Sénat pour s’expliquer « sur les moyens mis en place pour faire face à ces troubles et sur les conséquences de ces nouvelles dégradations sur la situation du commerce et l’attractivité économique de notre pays » .

 

Ça peut vous intéresser :

–> La loi anti-casseurs vient d’être définitivement adoptée par le Sénat

–> Emmanuel Macron reconnaît avoir « commis des erreurs » au sujet des Gilets jaunes

–> Gilets jaunes : violences policières et saccage d’un temple maçonnique, que retenir de l’acte 17 ?

–> Le cacatov, la nouvelle arme des Gilets jaunes face à la police

 

En savoir plus sur : -

Publié par Maxime le 18 Mar 2019
0