Gilets jaunes : ils veulent entrer dans l’Elysée

La grogne des Gilets jaunes ne faiblit pas. Malgré plusieurs annonces du gouvernement pour calmer le mouvement contestataire comme l’annulation de la hausse des taxes pour 2019, les Gilets jaunes sont toujours aussi remontés. Les appels pour une quatrième journée d’action samedi se multiplient sur les réseaux sociaux. Ceux-ci incitent les manifestants à converger vers les Champs-Elysées ou à faire entendre leur voix devant le Palais de l’Elysée à Paris. Et si les Gilets jaunes se retrouvent devant la grille du siège de la présidence, ils n’hésiteront pas à entrer de force rendre visite à Emmanuel Macron.

Les Gilets jaunes prêts à entrer à l’Elysée

Invité de l’émission « Gilets jaunes : sortir de la crise » mercredi soir sur BFM TV, Eric Drouet, l’un des initiateurs du mouvement de colère a fait une déclaration choc. Alors que Bruce Toussaint lui rappelait ses propos récents sur son appel à manifester devant l’Elysée samedi, Eric Drouet s’est justifié. « Tous les gens veulent aller là-haut, c’est le symbole de la République et de ce gouvernement  » explique-t-il. « Pardon mais pour faire quoi ? Vous arrivez devant l’Elysée vous faites quoi ? » demande alors Bruce Toussaint. La réponse du leader des Gilets jaunes est simple : « On rentre dedans ! »

 

>>> À lire aussi : Cette parodie d’Emmanuel Macron qui danse en gilet jaune à l’Elysée fait sensation

 

Gilets jaunes : L’Elysée craint une « très grande violence » ce samedi

Des propos forts qui ne devraient pas véritablement rassurer le gouvernement. Après les graves débordements survenus le week-end dernier, l’Elysée prend la menace très au sérieux. « Nous avons des raisons de redouter une très grande violence » a ainsi fait savoir le service presse du Palais à l’AFP. Le pouvoir exécutif répète qu’il a entendu cette « colère insaisissable et incontrôlable » des Gilets jaunes mais tremble à l’idée d’un nouveau samedi de violences à Paris et en France. L’Elysée explique notamment à FranceInfo redouter la venue d’un « noyau dur de plusieurs milliers de personnes » venus à Paris « pour casser et tuer » .

 

 

En savoir plus sur : -

Publié par Maxime le 06 Déc 2018