Gilets jaunes : un fourgon de police attaqué à Lyon pendant l’acte 14 (vidéo)

Le mouvement des Gilets jaunes fêtait son troisième mois de mobilisation samedi, en marge de l’acte 14 de revendications. Si le vent contestataire souffle chaque samedi sa colère dans les artères de Paris et des grandes métropoles françaises, de nombreux débordements émaillent les rassemblements depuis le 17 novembre dernier. Alors que le philosophe et essayiste Alain Finkielkraut s’est fait violemment insulter par des manifestants dans la capitale, la situation a aussi dégénéré à Lyon. Un fourgon de police a été pris à partie par des Gilets jaunes très vindicatifs. Le véhicule a essuyé des jets de pavés, de projectiles en tous genres et certaines vitres du véhicule ont été brisées.

 

Un fourgon de police coincé devant les Gilets jaunes

La scène ne dure à peine plus d’une minute mais les images sont glaçantes. Lors du quatorzième samedi consécutif de mobilisation des Gilets jaunes, les manifestants lyonnais ont investi le quartier de Confluence et le tronçon de l’Autoroute du Soleil qui longe les quais du Rhône. Regroupés en masse, ces militants équipés pour certains de matraques, de barres de fer et de matériel pour semer le trouble, se sont attaqués à un fourgon de police coincé entre deux fils de voitures. Apercevant le véhicule pris en tenaille, quelques manifestants se sont attaqués au fourgon à coups de pavés et de battes de base-ball.

 

La conductrice du fourgon de police en pleurs

Pendant une minute, le fourgon de police se retrouve pris au piège sous le feu des coups portés par certains Gilets jaunes. La séquence, filmée depuis l’intérieur du véhicule, témoigne de la violence de la scène. On entend la conductrice du fourgon apeurée par les coups et les menaces des manifestants. Sous le choc, elle finit par fondre en larmes. Guidée par son collègue et par d’autres forces policières dépêchées sur place, la jeune policière parvient à s’extirper des lieux non sans mal. La vidéo choc a fait le tour des réseaux sociaux faisant notamment réagir Christophe Castaner. “Violence insupportable. Demain ils seront dans leur commissariat pour enregistrer la plainte d’une femme agressée ou sur le terrain pour porter secours à un commerçant braqué. Leur quotidien : nous protéger. Notre devoir : ne rien laisser passer. STOP !” tweete ainsi le ministre de l’Intérieur.

 

 

Publié par Maxime le 18 Feb 2019
0