« T’as un joli fessier », « Donne ton Snap » , « Cache ton cul si tu ne veux pas qu’on le voit » : Elle filme son harcèlement de rue et le poste sur Twitter ! (VIDÉO)

Le harcèlement de rue, c’est loin d’être de l’histoire ancienne. Pour une « jupe trop courte » , une « robe aguicheuse » , des « talons un peu trop hauts pour aller travailler » ou encore « un boule qui chamboule » , la lourdeur est au rendez-vous quand certaines femmes marchent dans la rue. Messieurs… Vous pensez être des Don Juan et pourtant. Mais accoster lourdement une femme dans la rue, c’est du harcèlement. Harcelée dans la rue par deux hommes, Camille partage son expérience sur la twittosphère.

>> À lire aussi : « Je voulais juste te toucher les seins » : Un collectif dénonce le harcèlement dans le milieu de la publicité

Round 1 : Elle marche dans la rue et se fait harceler par deux inconnus

C’est l’histoire de Camille. Elle est jeune, aime s’habiller comme elle l’entend, et avec de jolis vêtements. Un après-midi avec des amis, ou juste en revenant du travail … Bref, Camille est une femme ordinaire qui vit sa petite vie. Mais Camille est une femme. Alors comme la plupart des femmes, elle se fait lourdement accoster par deux hommes dans la rue. Au début, on peut se dire que ça commence bien (disons qu’on peut essayer de minimiser)… Les deux hommes demandent à la jeune femme si elle n’a pas « loupé son bus » . Camille répond négativement, et continue son chemin. Mais les deux amis en voiture ne s’arrêtent pas là, et demandent le snapchat de la jeune femme. Vous vous doutez bien de la réponse : non. Et là … Pour montrer toute leur virilité et leur bonté d’âme (un peu d’ironie, ça ne fait pas de mal), les deux hommes annoncent fièrement : « Eh, j’suis pas un gamin hein » . La jeune femme décide de ne pas répondre et de continuer à marcher.

>> À lire aussi : Balance ton métro : la campagne choc pour dénoncer le harcèlement dans les transports

Round 2 : « Je peux te faire un compliment ? T’as un beau fessier »

Mais le harcèlement ne s’arrête pas à cet instant. Face à la tentative de drague qui échoue, les deux hommes relancent la discussion sur … les fesses de la femme : « J’peux te faire un compliment ? T’as un beau fessier » . On notera l’effort de peser les mots de la part d’un des hommes, qui ne semble pas comprendre le refus de Camille. Peut-on appeler ça du harcèlement ? Bien sûr que oui. Camille commence à s’agacer et répond à ses harceleurs : « Tu crois que c’est un compliment de me dire que j’ai un beau cul ? » . Les hommes commencent à se vexer, et l’un d’eux lance « Bah cache le alors ! » . Et malheureusement, la femme est obligée de se justifier, en spécifiant qu’elle porte un jean. Elle le répète plusieurs fois, alors que les deux hommes déblatèrent sur sa tenue, et l’un annonce : « Elle a des atouts faut bien qu’elle les montre » .

Round 3 : « Je suis sûr t’allais me donner ton Snap »

Toujours dans le déni, les deux hommes tentent une nouvelle fois d’obtenir le snapchat de Camille, qui refuse (encore). « Il y a deux minutes, tu voulais me le donner », assure le harceleur. Mais Camille n’a jamais donné son accord, et aurait aimé, dès le début, que les deux hommes ne la suivent pas. Alors qu’elle reprend sa route, les deux hommes ne lâchent pas l’affaire et continuent à la suivre : « Si je n’ai pas ton snap je vais rentrer chez moi, je ne vais pas être bien hein » , avant de lui demander si elle habite dans les environs. Son argument ? « On est peut-être voisins » . C’est vrai que la jeune femme va être rassurée, désormais…  Finalement, l’agression s’arrête lorsqu’une voiture demande à Camille si tout va bien. Les deux hommes partent, et la jeune fille est enfin tranquille.

Le harcèlement commence lorsque la personne dit « NON »

Pendant 3,06 minutes de vidéo, une jeune femme se fait harceler dans la rue. Au bout de 13 secondes, elle exprime son premier refus aux deux hommes qui l’accostent. Et lorsqu’on parle de refus, ce n’est clairement pas un « non mais bon peut-être » . Camille le dit clairement : « Non ». Au total, la jeune femme exprimera plus de 35 fois son refus face à ses harceleurs, pour 3 minutes de vidéo ! C’est énorme, surtout lorsqu’on sait que le harcèlement commence lorsque la personne exprime un refus. Le harcèlement de rue touche de plus en plus de femmes, et ce n’est pas seulement à travers un refus qu’une femme peut être harcelée dans la rue. Des regards insistants, des « compliments » de loin, ou même suivre une personne sans son consentement…. Sur la vidéo, la femme fait en sorte de montrer la proximité qu’il y a entre elle et les deux hommes dans la voiture. Alors qu’elle marche sur le trottoir, ces derniers roulent à côté d’elle, près de la bordure du trottoir.  Entre compliments douteux, insistance après plusieurs refus, désir de suivre la femme chez elle et questions personnelles, le harcèlement ne fait plus aucun doute.

Chers tous, une femme n’est pas un objet qu’on désire, et qu’on pêche à une fête foraine. Une femme se respecte et ne se fait pas suivre pour « ses atouts » , sa tenue, son maquillage ou la manière dont elle marche. Respectez autrui. Mesdames, en robe, en jupe, en jean ou en jogging, restez vous-même, et ne vous empêchez pas de vous habiller d’une manière ou d’une autre sous prétexte qu’un homme manquant d’éducation viendra vous le reprocher. 

>> À lire aussi : La chercheuse derrière la première photo de trou noir victime d’un violent cyberharcèlement

En savoir plus sur : - - -

Publié par Jessy le 18 Juin 2019
0