La lettre bouleversante de la veuve du cycliste abattu par un chasseur…

Samedi dernier, un cycliste meurt après avoir reçu un tir de la part d’un chasseur. Un accident qui est loin d’être anodin puisqu’il porte à 4 le nombre de personnes décédées depuis le 1 juin suite à un accident de chasse. Voilà pourquoi cette veuve, qui perd son mari d’une balle dans la tête il y 3 ans, écrit à Emmanuel Macron.

 

La lettre bouleversante de cette veuve à Emmanuel Macron.

Compte tenu des accidents récents (4 morts depuis le 1 juin), l’ONCFS (office national de la chasse et de la faune sauvage) s’inquiète. En effet, selon eux, le mois de novembre est le plus accidentogène et n’a pas encore débuté. Une inquiétude évidemment partagée par de nombreuses associations anti chasse, mais également par cette veuve, directement concernée. En effet, il y a 3 ans, elle part faire un jogging avec son mari et celui-ci est abattu d’une balle dans la tête. Brisée par cet accident dramatique qui lui arrache le père de ses deux petites filles, elle écrit au président Emmanuel Macron.

 

« Monsieur le Président de la République, Monsieur le président de la fédération nationale des chasseurs, Messieurs les présidents des fédérations départementales, Mesdames et Messieurs les chasseurs.

 

Il y a 3 ans le 5 décembre 2015, mon mari est mort d’une balle en pleine tête, tué par un chasseur dans les hauteurs d’Annecy alors que nous courrions tous les 2 sur des sentiers balisés. Il était le papa de 2 petites filles, de nos 2 petites filles…Nous aimions la nature, nous aimions le sport, nous aimions notre liberté. Ce jour-là un jeune chasseur, aveuglé par sa passion de la chasse, a tiré sans prendre le temps d’identifier sa cible ( mon mari mesurait 1,83 m et nous étions à 30 cm l’un de l’autre) , a enfreint toutes les règles de sécurité et a tué mon mari. »

 

veuve-chasseur-chasse-permis-de-chasse (3)

« mon mari est mort d’une balle en pleine tête, tué par un chasseur dans les hauteurs d’Annecy alors que nous courrions tous les 2 sur des sentiers balisés »

 

Des mesures de sécurité insuffisantes

Ce que dénonce en premier lieu cette veuve, ce sont les mesures de sécurité insuffisantes. Quant aux associations anti chasse, ils déplorent des sanctions judiciaires « peu dissuasives ». Dans le cas du mari de la jeune femme, le chasseur a été condamné à un an de prison ferme.

 

« Depuis notre accident, certaines mesures de sécurité complémentaires ont été prises. Il n’y a d’ailleurs qu’en Haute Savoie que cela a été fait, les autres fédérations de chasse n’ayant pas voulu en entendre parler, cela était certainement trop contraignant…

 

Mais force est de constater que ces mesures sont loin d’être suffisantes et samedi, de nouveau en Haute Savoie, c’est un VTTiste de 34 ans qui est mort tué, lui également par un jeune chasseur. Il semble également qu’un Vttiste soit assez identifiable, avec son vélo… Lui aussi aimait la nature, lui aussi était heureux certainement ce jour-là de pratiquer son sport mais il est mort tué par un chasseur qui pratiquait lui aussi son loisir… !!

 

La différence c’est que nous pratiquons, nous, marcheurs, promeneurs, coureurs, VTTistes, ramasseurs de champignons, des loisirs qui ne mettent pas la vie d’autrui en danger. Les chasseurs si !Et Monsieur le président, vous décidez début septembre de rendre le permis de chasse encore plus accessible en divisant son prix par 2, sans aucune contrepartie au niveau de notre sécurité et de notre liberté. »

 

veuve-chasseur-chasse-permis-de-chasse (2)

« Et Monsieur le président, vous décidez début septembre de rendre le permis de chasse encore plus accessible en divisant son prix par 2, sans aucune contrepartie au niveau de notre sécurité et de notre liberté. »

 

Un permis de chasse plus facilement accessible

Mais le gros point noir, c’est les permis de chasse. Une fois acquis, il est valable à vie. Et en plus, les conditions d’obtention laisseraient fortement à désirer. « Jamais les capacités physiques et psychiques du chasseur ne sont contrôlées. Pas même son acuité visuelle » explique la directrice de l’Apsas. Par ailleurs, les chasseurs ont récemment obtenu du gouvernement que le prix du permis soit divisé par deux !  

 

« Partageons la nature, c’est cela le message des fédérations ? Comment cela est possible quand n’ importe qui peut passer et obtenir son permis de chasse, sans encadrement, sans tutorat, sans zone clairement délimitée, sans jour et heures délimités le week-end, sans contrôle, sans sanction? C’est une activité qui doit être pratiquée par des personnes qui sont en mesure de pratiquer ces activités avec des règles strictes et un encadrement stricte.

 

La pratique aujourd’hui des sports Outdoor, des activités en plein air, le mode de vie des gens vivant à la campagne, à la montagne a évolué. N’est-il alors pas nécessaire de faire évoluer également cette pratique qui aujourd’hui tue entre 20 et 30 personnes par an.

 

Où vivons-nous ? Où se trouve le respect de notre liberté ?
Combien de morts faudra-t-il pour que vous décidiez de mettre des vraies mesures en place ?

 

Monsieur le Président, Monsieur le président de la fédération nationale des chasseurs, Messieurs les présidents des fédérations départementales, Mesdames et Messieurs les chasseurs, je vous pose la question, prenez quelques minutes pour y réfléchir. »

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Claire le 18 Oct 2018
0