Les confessions de sexologues

Les sexologues exercent un métier complexe. Ils doivent parfois vivre des situations et entendre des choses plus qu’insolites. Certains se sont confiés au magazine Top santé : voyez plutôt.

« J’ai rencontré plusieurs fois des couples à 3 (généralement deux femmes et un homme). La plupart du temps, ils venaient me consulter pour un problème de sexologie ou pour que je persuade l’un d’oser une pratique que souhaitaient les deux autres (la sodomie) ».

« Dans mon cabinet, j’ai aussi eu le cas d’une épouse qui venait pour me parler de l’infidélité de son époux. Quelques semaines plus tard, c’est la maîtresse (et l’époux) qui sont venus me voir ! Lorsque je me suis aperçu que que mon prochain rendez-vous était… l’épouse, il a fallu que ma secrétaire occupe en urgence l’épouse pendant que je faisais sortir le couple illégitime par une autre porte ! »

« Je me rappelle aussi que j’ai longtemps suivi un homme extraordinaire… Il souffrait de satyriasis (nymphomanie). Il me racontait avoir envie de faire l’amour jusqu’à 8 fois par jour ! Son épouse ne pouvait évidemment pas tenir le rythme ! Responsable d’une galerie d’art, il me disait coucher avec au moins l’une de ses clientes de passage par jour. Quant à sa secrétaire, que je connaissais, elle m’avait avoué qu’il lui demandait parfois de lui faire « des branlettes » au cours de la journée.

« Dernière anecdote, je me souviens aussi que lorsque j’examinais des patientes, il m’arrivait de retrouver des objets… étranges dans leur vagin : morceaux de bananes, légumes, noyaux… ».

Top santé: Vos patientes n’ont-elles jamais essayé de vous séduire ?

« Honnêtement, je n’ai jamais éprouvé de désir pour l’une de mes patientes et réciproquement. J’avais coutume de dire que lorsque j’entrais dans mon cabinet, je revêtais ma soutane ! Cependant, une fois, à la fin d’une consultation, une patiente m’a dit « oh docteur, embrassez-moi ! ». Je lui ai répondu que même si cela pourrait sûrement être agréable pour nous deux, ça ne lui rendrait pas service. Les fois suivantes, elle a continué à me regarder avec des airs de souffrance, des petits soupirs… puis elle s’est calmée. »

T.S: Vos amis vous parlent-ils de leurs problèmes sexuels ?

« La plupart de mes amis évite de m’en parler, par orgueil ou par pudeur. Mais pour ceux qui sont venus me faire des confidences, cela s’est toujours retourné contre moi ! Soit la situation a mal tourné pour eux et ils ont décidé de ne plus me parler. Soit cela s’est arrangé mais ensuite, ils se sentis gênés de s’être confiés. Je préfère donc éviter autant que possible de parler de sexualité avec mes proches ».

 

source: top santé

En savoir plus sur : - -

Publié par Elsa Lepic le 29 Mar 2012
0