Ce livre de 1981 prédisait-il en détails le coronavirus ? Les coïncidences sont troublantes

Depuis que la psychose a envahi le monde entier avec le coronavirus, des informations de tous types circulent sur la maladie. Comme à chaque fois, les complotistes s’en donnent à cœur joie pour élaborer des théories dissidentes aux informations officielles délivrées par les autorités. Parmi celles-ci, il y a l’hypothèse que la maladie aurait été inventée par un laboratoire et transmise expressément, dans le but de nuire. Certaines personnes ont une fois de plus tenté de prouver leurs dires, en analysant un livre écrit en 1981, qui prédisait l’épidémie du nouveau coronavirus.

> À lire aussi : Coronavirus: Pékin soupçonne les Etats-Unis d’avoir apporté le virus en Chine

Ce livre catastrophe de Dean Kroontz prédisait-il le covid-19 ?

En 1981 sortait le thriller catastrophe Les Yeux des ténèbres (The Eyes of Darkness en version originale). Ce livre écrit par Dean Kroontz raconte l’histoire d’une enquête qui suit le meurtre d’un enfant, qui va se révéler être le résultat du développement d’une arme bactériologique, dans un laboratoire chinois. Ce laboratoire se site dans la ville de Wuhan. Il n’en fallait pas moins pour que les lecteurs, qui ont relu le livre récemment, y voient un rapprochement avec la pandémie actuelle du covid-19. Mais les coïncidences ne s’arrêtent pas là car en analysant certains passages du livre, d’autres détails ont confirmé les soupçons.

coronavirus

> À lire aussi : Coronavirus : pour certains leaders religieux, le Covid-19 est une punition contre les homosexuels !

De troublantes coïncidences alimentent les théories du complot

L’arme bactériologique imaginé dans ce livre de 1981 s’appelle le Wuhan-400 et est « une arme parfaite. Elle ne touche que les êtres humains », peut-on lire page 333. Quoi ? 333 ? (Attention, cela devient technique). La reconstruction phylogénétique des traits principaux du coronavirus se retrouve dans l’analyse de 333 bases qui forment la chaine d’ARN polymérase. Sur cette page 333, on y lit : « Ils appellent cette chose le Wuhan-400 parce qu’il a été développé dans leur laboratoire de recherche ADN dans les faubourgs de Wuhan et c’était le 400e essai viable d’organismes créés par l’homme dans ce centre de recherche. »

> À lire aussi : Donald Trump fait des prédictions surprenantes sur la fin du coronavirus (Vidéo)

Tout ceci est tout de même un peu tiré par les cheveux…

En creusant plus loin, les lecteurs ont fait remarquer que l’année de publication est 1981, soit 1+9+8+1 = 19. 19 comme 2019, qui est l’année durant laquelle le coronavirus est apparu. La première fois qu’apparait la mention du Wuhan-400 dans le livre, est dans le chapitre 39. Or, 3+9=12, comme le mois de décembre, mois durant lequel on a découvert le coronavirus pour la première fois. Enfin, concernant le nom Wuhan-400… 400=20×20, soit 2020. C’est en 2020 que le covid-19 est devenu épidémique puis pandémique.

> À lire aussi : Coronavirus : une simulation faite en Septembre prédisait un bilan catastrophique

Crédits : capture Twitter

En savoir plus sur : - - - - - - -

Publié par Nicolas F le 15 Mar 2020
0