Loi anti-avortement : 99 ans d’emprisonnement pour les femmes en Alabama

L’avortement est encore un sujet sensible dans les pays du monde entier. Doit-on respecter le choix d’une femme de se faire avorter ? Devons-nous considérer l’avortement comme un crime ? Tant de questions, parfois incompréhensibles, qui se posent pourtant. En Alabama, un projet de loi anti-avortement a été proposé, prévoyant une peine d’emprisonnement de 99 ans.

 

 

>> À lire aussi : Suisse : il fait avorter sa femme à son insu

10 à 99 ans de prison pour avoir avorté

Pour le moment, ce n’est qu’un projet de loi qui pourrait malheureusement voir le jour en Alabama. Toute femme qui avorte pourrait être passible d’une peine de prison allant de 10 à 99 ans. Une peine qui sera également en vigueur pour les femmes enceintes suite à un viol ou un inceste. La législation annonce dans ce projet de loi que l’avortement ne sera autorisé seulement s’il existe « un risque grave pour la santé de la mère de l’enfant à naître » . Avec ce projet de loi, ces derniers espèrent remonter jusqu’à la Cour suprême afin de renverser la légalisation de l’avortement en vigueur dans tout le pays depuis 1973. D’autres États tels que la Géorgie et la Caroline du Sud pourraient également mettre en place des interdictions similaires.

 

>> À lire aussi : Né sans cerveau, le garçon a aujourd’hui 6 ans et se porte bien malgré toutes les prédictions médicales

 

L’avortement rapproché d’un génocide

Pour certains, l’avortement est un crime passible d’une peine de prison forte, et même passible d’une condamnation à mort. Dans ce projet de loi, l’avortement est assimilé aux génocides et atrocités historiques tels que la Shoah ou encore le génocide rwandais. La loi explique : « Plus de 50 millions de bébés ont été avortés aux États-Unis depuis la décision Roe en 1973, soit plus de trois fois le nombre de morts dans les camps de concentration allemands, les purges chinoises, les goulags de Staline, les champs de la mort cambodgiens et le génocide rwandais » . Les femmes, mais aussi les médecins qui prescrivent des médicaments aidant à l’avortement pourront être passibles d’une peine de prison. « Cela criminalise simplement l’avortement » , explique Terri Collins, une représentante républicaine et proche du projet de loi.

 

Ça peut vous intéresser : 

->  Elle découvre avec horreur que la photo de sa fille handicapée à été utilisée pour promouvoir l’avortement

-> Une nounou simule une grossesse, et à son terme, elle kidnappe le bébé qu’elle gardait

->  Il attaque ses parents en justice pour lui avoir donné naissance sans son consentement

En savoir plus sur : - -

Publié par Jessy le 05 Avr 2019
0