Un manifestant crachait du sang sur les policiers qui le plaquaient au sol d’après Alliance

Stanislas Gaudon, le porte-parole du syndicat de police Alliance, a réagi à la vidéo montrant des policiers en train de frapper un manifestant déjà au sol. Le manifestant aurait craché du sang sur les policiers en affirmant qu’il avait le sida. Une provocation pas prise en compte dans les accusations contre le policier pour Stanislas Gaudon. Découvrez cette scène dans la vidéo ci-dessous : 

À lire aussi : « À cause de Macron » : les manifestantes transforment une chanson en slogan

Stanislas Gaudon, du syndicat Alliance, réagit sur France Info à la vidéo violente du manifestant frappé par des policiers au sol, samedi en marge des manifestations à Paris. Le porte-parole précise que la vidéo ne montre pas dans quel contexte a eu lieu l’interpellation. Il explique dans un premier temps que l’homme n’était pas menotté au sol. Il ajoute aussi que cet homme « n’a eu de cesse d’attaquer les policiers » .  Stanislas Gaudon révèle la réaction du manifestant lors de cette arrestation.

Le manifestant crache du sang au visage des policiers

L’individu serait déjà blessé à la tête quand la police l’interpelle. Sa réaction aurait été très vive : « Cet individu a craché du sang au visage, à deux reprises, du collègue. Et vous savez ce qu’il a dit? Quels ont été ces propos ? J’ai le sida tu vas crever » , raconte le porte-parole d’Alliance. Il souhaite en effet mettre au point les conditions de l’interpellation. L’usage de la force aurait donc servi à stopper les crachats du manifestant.

Le syndiqué est exaspéré et inquiet de cette action : « Je ne sais pas si vous avez conscience de ce que ça représente lorsqu’on crache du sang dans la bouche de quelqu’un, les conséquences que ça peut avoir d’un point de vue médical pour le collègue qui maintenant va devoir faire des examens, va devoir subir notamment un traitement trithérapique » . Il appelle ainsi à se méfier des images, à recueillir toutes les informations avant de se forger un avis. Il conclut : « On a été un peu vite dans l’accusation et la condamnation du policier ».

À lire aussi : Des activistes vegans peints en bleu imitent des poissons morts pris dans les filets

En savoir plus sur : - -

Publié par Romane le 20 Jan 2020
0