Le marin qui embrasse sa dulcinée sur Times Square est décédé à l’âge de 95 ans

Publié par Claire le 19 Fév 2019

Elle fait partie des photographies les plus connues au monde. Et pour cause, elle symbolise la liberté et l’amour après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, nous pleurons donc le marin qui a un jour embrassé fougueusement sa dulcinée sur Times Square.

 

 

 

Le baiser du marin de Times Square, une photo immortelle

Le 14 août 1945, le photographe Alfred Eisenstaedt descend dans la rue pour fêter la fin de la Seconde Guerre mondiale. Et au milieu de la liesse populaire, il saisit son appareil photo et prend ce cliché qui deviendra mondialement connu : celui du baiser du marin. Et il faudra attendre 2012 pour qu’enfin la vérité soit dévoilée sur ce moment de fougue. Dans le livre intitulé « Le baiser du marin : le mystère derrière la photo qui a symbolisé la fin de la Seconde Guerre mondiale » on apprend donc l’identité des deux protagonistes.

 

 

 

Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, les deux jeunes gens ne se connaissaient pas. Il s’agissait donc de Greta Zimmer Friedman, alors assistante dentaire âgée de 21 ans. Et de George Mendonsa, marin dans l’U.S. Navy.

 

 

 

marin-photographie-baiser-guerre-mondiale-Times-Square-décède-95-ans

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les deux jeunes gens ne se connaissaient pas

Le décès du marin sur la photo

Dans la nuit de samedi à dimanche, George Mendonsa décède à la suite d’une mauvaise chute. Vivant avec toute sa famille dans le nord-est du pays, c’est sa fille qui annonce la nouvelle au quotidien local : Providence Journal. Quant à la jeune femme sur la photographie, elle est décédée en 2016 à l’âge de 92 ans. Mais avant de partir, elle avait livré son témoignage sur ce qui s’était vraiment passé avec le marin ce jour-là.

 

« Je ne suis pas sûre que c’était vraiment un baiser (…) c’était juste quelqu’un qui célébrait la fin de la guerre

Ce n’était pas un moment romantique. C’était juste un événement pour célébrer la fin de la guerre

Je n’ai pas choisi d’être embrassée. L’homme est simplement venu et m’a embrassée ou attrapée. »

 

Pas si romantique que ça en fait…

En savoir plus sur : - - -