Ménopause : découvrez la technique ultime pour la repousser

La ménopause, c’est la frayeur de toutes les femmes. Même si la ménopause arrive fréquemment vers 50 ans, il est possible qu’elle pointe le bout de son nez parfois plus tôt. Mesdames, pour retarder la ménopause, ayez conscience qu’une solution simple existe : avoir des rapports sexuels fréquemment réduirait les chances d’avoir la ménopause de 28% .

>> À lire aussi : 100.000 femmes violées en un an : une campagne choc pour libérer la parole des victimes !

Les femmes doivent avoir plus de rapports sexuels afin de retarder la ménopause, selon des chercheurs

Avoir une vie sexuelle épanouie, c’est un objectif pour beaucoup de personnes. Et retirons tout de suite les stéréotypes disant que les hommes ne pensent qu’au sexe, car les femmes y pensent également, mais sont juste plus discrète et moins trash. Chez la femme, la ménopause pointe le bout de son nez vers l’âge de 50 ans, enfermant la femme dans une vie sexuelle moins intense qu’avant. Selon des chercheurs, les femmes ayant des rapports sexuels fréquents à l’approche de la ménopause l’atteignent moins vite que les femmes ayant des rapports sexuels peu fréquents à la même période, comme l’écrit Huffingtonpost. Si les femmes ont au moins un rapport sexuel par semaine, elles auraient 28% de risques en moins d’entrer en ménopause, selon l’étude rapportée le 15 janvier dernier dans Royal Society Open Science.

>> À lire aussi : En découvrant la photo de sa femme, l’homme a tout de suite demandé le divorce !

Pourquoi les rapports sexuels retardent la ménopause ?

Face à cette étude, de nombreuses femmes se sont dites : “Encore une étude faite par des hommes” . Il est vrai qu’on pourrait penser que les hommes ne voulant pas voir leur vie sexuelle diminuer à cause de la ménopause de leur femme, seraient capables de rédiger ce genre de rapport. Et pourtant, les deux chercheurs sont en réalité des chercheuses. “Si une femme a peu de rapports sexuels ou des rapports peu fréquents à l’approche de la quarantaine, son corps ne recevra pas les signaux physiques d’une éventuelle grossesse” écrivent Megan Arnot et Ruth Mace, les deux chercheuses scientifiques à l’University College London.

>> À lire aussi : À 2 ans, sa poitrine a poussé, à 4 ans, elle a eu ses règles, à 5 ans elle s’apprête à être ménopausée (vidéo)

Publié par Jessy le 16 Jan 2020
0