Nigéria : 300 jeunes enchaînés, violés et torturés dans une école coranique (vidéo)

Jeudi 26 septembre, la police nigériane a secouru près de 300 jeunes victimes de viols et de tortures dans une école coranique de Kaduna. Sept personnes ont été arrêtées.

Après plusieurs mois d’enquête, la police nigériane a lancé un raid le soir du jeudi 26 septembre contre une école coranique de Kaduna. À l’intérieur de l’établissement, près de 300 jeunes ont été retrouvés dans des conditions « inhumaines » et « dégradantes » , ont expliqué les autorités d’après El Mundo. La grande majorité des victimes, de « nationalités différentes » , étaient mineurs.

« Nous avons trouvé une centaine d’élèves, dont des enfants d’à peine neuf ans, enchaînés dans une petite pièce, dans le but de les corriger et de les responsabiliser«  , a déclaré un porte-parole de la police, Yakubu Sabo. « Les victimes avaient été maltraitées. Certaines prétendent avoir été violées par leurs professeurs«  , a-t-il ajouté. Parmi les victimes, deux d’entre elles ont déclaré avoir été « amenées par leurs parents du Burkina Faso » .

Les autorités ont également découvert une salle de torture où les étudiants étaient suspendus à des chaînes et battus lorsqu’ils commettaient une« faute » . Bon nombre d’entre eux présentent des cicatrices dans leur dos après avoir reçu des coups de fouet, ou autour de leurs chevilles en raison des chaînes métalliques.

Les policiers auraient arrêté sept personnes dont le propriétaire de l’établissement et six autres employés.

C’est dans un stade municipal,  puis dans un camp près de l’aéroport que les victimes ont été amenées afin que les  autorités puissent procéder à des vérifications et établir leurs identités pour ainsi prévenir leurs familles.

>>> À lire aussi : Une femme séquestrée, violée et prostituée pendant plus d’un an dans une caravane en France

« Ceux qu’ils surprenaient en train d’essayer de s’enfuir, étaient suspendus par des chaînes »

L’AFP a pu interroger plusieurs victimes ayant séjourné dans cette école, désormais appelée « la maison de l’horreur » . Ouvert depuis plus de dix ans, cet établissement recueillait des centaines d’élèves envoyés par leurs parents pour apprendre le Coran ou « remettre dans le droit chemin » ceux présentés comme des délinquants, explique Ouest-France.

« Quand je suis rentré au Nigeria, j’ai dit à ma famille élargie que j’étais devenu chrétien, et que je voulais aussi convertir mes enfants, et un matin, je me suis juste retrouvé ici… c’était il y a deux ans » , a expliqué Hassan Yusuf, l’une des victimes.

« Ici ils gardent les dealers de drogues, les voleurs, les homosexuels, toutes sortes de gens » , rapporte Abdallah Hamza, avant d’ajouter : « ceux qu’ils surprenaient en train d’essayer de s’enfuir, étaient suspendus par des chaînes » .

Convoquées par la police, des familles se sont dit « choqués et horrifiés » de voir leur enfant dans un tel état. Les parents ou proches n’auraient jamais été au courant des circonstances dans lesquelles vivaient ces jeunes.

« Ils n’étaient pas autorisés à entrer dans la maison pour voir ce qui se passait, les enfants étaient amenés à l’extérieur pour les rencontrer un bref instant » , a souligné le policier Yakubu Sabo

Selon RFI, certains ont pu rejoindre leur famille. D’autres sont « hospitalisés pour soigner de sérieuses blessures physiques«  ou alors « internés dans des unités psychiatriques » . « Et ceux dont l’état de santé le permet sont hébergés dans un campement géré par la police avec le soutien de l’État de Kaduna » .

>>> À lire aussi : Mali : un homme humilié, agressé et ligoté après s’être opposé à l’esclavage (vidéo)

En savoir plus sur : - - -

Publié par Eugenie le 30 Sep 2019
0