Nordahl Lelandais : ses nouvelles déclarations glaçantes sur la pédophilie

Nordahl Lelandais, l’assassin de la petite Maëlys et du Caporal Arthur Noyer a été mis en examen le 7 décembre dernier. Il a avoué, face au juge d’instruction, avoir des penchants pédophiles.

Nordahl Lelandais et la mise en examen

C’est donc ce vendredi 7 décembre que Nordahl Lelandais a reconnu les agressions sexuelles sur deux de ses petites-cousines. Des aveux qui sont intervenus alors qu’il venait d’être mis en examen pour la seconde fois pour agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans.

 

La vidéo de ce crime avait été retrouvé lors de la perquisition de son domicile. Elle avait été tournée en juillet 2017 et montre les attouchements que Nordahl Lelandais était en train de commettre sur sa petite cousine de 4 ans. C’est la seconde vidéo trouvée, après celle d’attouchements, durant son sommeil, sur son autre petite cousine de 6 ans.

 

Nordahl Lelandais : « je ne faisais pas vraiment la différence entre une femme et un enfant »

Confronté à l’évidence, le militaire a donc reconnu, pour la première fois, ces deux agressions. Il a également reconnu avoir des tendances pédophiles. Selon lui, elles seraient le résultat d’un contexte d’alcoolisation et de prise de drogue.

 

Au juge d’instruction, il a déclaré que « Je ne faisais pas vraiment la différence entre une femme et une enfant ». En cause ? La cocaïne et l’alcool qu’il avait pris avant d’agresser ces enfants.

 

Il reconnait, pourtant, avoir déjà ressenti une attirance pour les petites filles quand il était « plus jeune ».

 

Nordahl Lelandais : prédateur sexuel plus que tueur en série

Ces aveux apportent un tout autre éclairage sur le parcours criminel de Nordahl Lelandais. Comme l’explique Caroline Rémond, avocate des deux familles de victimes, « ces deux mises en examen colorent un peu plus sa personnalité de prédateur sexuel plutôt que de tueur en série ».

 

La cellule Ariane dont nous vous parlions dans cet article, quant à elle, n’a toujours pas rendue ses conclusions.

En savoir plus sur : -

Publié par Mélaine le 13 Déc 2018
0