Pédophilie à l’Église : groupe de travail, prévention et collaboration avec la justice afin d’éviter une seconde affaire Preynat !

Bernard Preynat, ancien prêtre, est jugé pour agressions sexuelles sur mineurs. Des faits survenus à l’Eglise dans les années 1980-1990, alors que ce dernier était aumônier scout. Quatre ans après le début de l’affaire, ce dernier doit faire face à 10 des 73 victimes. Après une affaire comme celle-ci, l’Église met en plus une pluralité de mesures, afin qu’un tel incident ne se reproduise pas. Groupes de travail, collaboration avec la justice ou préventions… L’Église veut assurer la sécurité aux enfants.

>> À lire aussi : Allemagne : deux ans après sa disparition, un adolescent a été retrouvé chez un pédophile

L’affaire Preynat : quand l’Église est ébranlée par une affaire de pédophilie

Il y a quatre ans, Bernard Preynat est arrêté pour pédophilie. En effet, ce dernier est accusé d’agressions sexuelles sur 73 mineurs au cours des années 80-90. Le procès, qui devait s’ouvrir aujourd’hui, mais sera reporté en raison de la grève des avocats, devait confronter l’ancien prêtre à dix de ses victimes. Une affaire qui a totalement ébranlé l’Église, ressortie totalement fragilisée. Alors que cette dernière se bat pour supprimer les accusations de pédophilie récurrentes au sein de l’Église, certains prêtres se font arrêter pour agressions sexuelles et viols sur mineurs. Pour lutter contre la pédophilie, et éviter une deuxième affaire Preynat, l’Église se bat depuis quatre ans afin de renforcer la sécurité des enfants au sein de l’Eglise.

>> À lire aussi : Deux hommes filment un pédophile en flagrant délit, avec une fillette de 8 ans (VIDÉO)

L’Église refuse une seconde affaire Preynat !

Depuis quatre ans, il semblerait que l’Église mette un point d’honneur à la sécurité des enfants au sein de l’Église. Guide de bonne conduite, séminaires, groupe de travail ou opération de prévention et de sensibilisation, l’Église de France a fait en sorte de mettre en place des mesures immédiates, comme le rapport Huffingtonpost. « Les événements de Lyon ont donné un énorme coup d’accélérateur » , relate Karine Dalle, directrice de la communication du diocèse de Paris, avant d’ajouter que « le moindre signal est désormais pris extrêmement au sérieux » . Une commission interne de consultation a également été mise en place afin d’assurer le suivi des dossiers, et une cellule d’écoute a été créée pour les victimes.

Le site officiel a également créé un espace d’information et de prévention des abus sexuels. L’Église tient également à ce que le travail de prévention se fasse au sein des familles, afin d’éviter le mutisme des enfants. « Ils doivent leur dire : ‘personne n’a le droit de te toucher. Et si jamais ça arrive, tu dois parler et nous t’écouterons » explique un prêtre Lyonnais.

>> À lire aussi : Un homme possédé par le diable fonce avec sa voiture dans une église pour trouver protection

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Jessy le 13 Jan 2020
0