« Pendez les blancs » : la chanson de ce rappeur qui fait scandale !

C’est un clip qui aurait pu passer inaperçu. Celui du rappeur Nick Conrad, un « rappeur » dont les clips dépassent habituellement difficilement le millier de vues. Sauf que là, c’est ce qui s’appelle une incitation à la haine raciale.

 

Pendez les blancs : quand les politiques s’en mêlent

Ce mercredi, les réactions des politiques ne se sont pas fait attendre. Le Ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a réagit sur Twitter :

 

« Je condamne sans réserve ces propos abjects et ces attaques ignominieuses. Mes services œuvrent au retrait sans délai des contenus diffusés. Il appartient à l’autorité judiciaire de donner les suites appropriées à ces odieux appels à la haine. »

 

Immédiatement, Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti LGBT a annoncé « Je signale son contenu au Procureur de Paris sur la base de l’article 40 du Code pénal pour incitation à la haine raciale ».

 

Sur YouTube, la vidéo a été retirée parce qu’elle « ne respectait pas le règlement concernant les contenus incitant à la haine ».

 

Eric Ciotti s’est exprimé en ces termes : « quelle ignominie ! Le rappeur doit être poursuivi et très lourdement condamné ». Gilbert Collard dénonçait un « clip immonde ».

 

Pendez les blancs : la réaction de Nick Conrad

Dans le clip du rappeur, nous pouvons voir un homme noir, le chanteur, poursuivre des blancs. Il n’hésite pas à leur tirer dessus avec son arme. On peut également apercevoir un homme blanc pendu en arrière plan. Mais ce n’est pas seulement un clip mais aussi des paroles :

 

« Je rentre dans des crèches, je tue des bébés blancs. Attrapez-les vite et pendez leurs parents. Ecartelez-les pour passer le temps, divertir les enfants noirs de tout âge petits et grands. Fouettez-les fort, faites le franchement, que ça pue la mort, que ça pisse le sang »

 

Nick Conrad a, quant à lui, expliqué que :

« Pour moi, le choc était voulu, nécessaire, mais pas à un tel niveau. Les gens n’en retiennent que le négatif, ils surfent dessus. » « Dans mon clip, qui n’est que de la fiction, j’ai voulu inverser les rôles de l’homme blanc et de l’homme noir et proposer une perception différente de l’esclavage. Ce morceau, c’est un miroir, une réponse aux injustices vécues par ma communauté depuis l’esclavage. Je me suis inspiré de mon expérience personnelle et de ce que j’observe en tant qu’artiste. »

 

Sauf que là, la LICRA (association contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations) a été très claire :

 

« L’appel au meurtre raciste du clip est abject et d’une violence inouïe. La liberté de création, ce n’est pas la liberté d’appeler à pendre les Blancs à raison de la couleur de leur peau. »

 

Une enquête est en cours pour « provocation publique à la commission d’un crime ou d’un délit« . Le parquet a confié la mission à la Brigade de Répression de la Délinquance contre la Personne (BRDP).

En savoir plus sur : - - - - - - -

Publié par Mélaine le 27 Sep 2018
0