Port généralisé du masque : ce problème de taille auquel personne n’avait pensé… et pourtant !

Alors que la France pourrait entrer en déconfinement le 11 mai prochain, de nombreux masques « tout public » commenceront à être distribués dès le 4 mai aux citoyens. Le gouvernement se pencherait plus vers un port généralisé du masque, afin de protéger au mieux la population. Mais parmi eux, les personnes sourdes et malentendantes s’inquiètent face à cette décision.

>> À lire aussi : Trump propose une « injection » de désinfectant ou des UV pour lutter contre le Coronavirus, les médecins réagissent !

Port généralisé du masque, une handicap supplémentaire pour les personnes sourdes et malentendantes…

Le masque est devenu un des éléments clés dans la lutte contre la propagation du Covid-19 en France. Confectionnés soi-même, ou distribués par l’état, les masques devraient fleurir dans les rues de France. Mais pour les personnes atteintes de surdité, le port du masque pourrait bien marquer un peu plus l’impossibilité de communiquer. En effet, ces derniers lisent en général sur les lèvres de leur interlocuteur afin de communiquer. Mais avec un masque, cela deviendra beaucoup plus compliqué… Marianne Queval, une femme sourde de naissance, est emmenée à l’hôpital le 17 mars dernier, et a été confrontée aux soignants masqués : « J’avais l’impression d’être une petite-fille perdue en plein milieu de la mer » .

>> À lire aussi : Coronavirus : il faut s’attendre à une deuxième vague fin mai-début juin selon le Pr Philippe Juvin

Un masque « inclusif » pourrait bien voir le jour !

Après son expérience angoissante à l’hôpital, Marianne se sent à la fois vulnérable et frustrée, et décide de publier son histoire sur Facebook. « C’était hyper angoissant. J’étais en colère au fond de moi, frustrée. J’avais peur, surtout » , explique-t-elle à CNews. Pour éviter que ce sentiment se propage, Sabine Rouy, interprète en langue des signes, a décidé de contacter les hôpitaux afin de les aider à communiquer avec les personnes sourdes et malentendantes, lorsque ces dernières sont admises à l’hôpital. Un contact « en visio si un patient sourd se présente » , afin de rassurer ce dernier.

De son côté, Anissa Mekrabech, créatrice toulousaine de maroquinerie, a décidé de s’engager auprès des personnes atteintes de surdité, en créant un masque inclusif, d’abord à destination des hôpitaux. Ce masque est composé d’une partie transparente, afin de permettre aux personnes sourdes de lire sur les lèvres, et donc de briser cette barrière anti-communication. Un projet qui a touché énormément de monde, et qui permettra au masque inclusif de s’étendre un peu plus en France.

>> À lire aussi : Déconfinement : La distribution des masques pourrait commencer bientôt !

Source : CNews

Publié par Jessy le 25 Avr 2020
0