Il s’est évadé d’ Alcatraz, et 50 ans après il envoie une lettre au FBI ! (vidéo)

Alcatraz : la prison où l’on ne s’évade pas

John Anglin faisait parti des 3 hommes qui avaient disparu de la prison Alcatraz dans les années 1962. 50 ans après sa disparition, il envoie une lettre au FBI en affirmant être le vrai John Anglin. À la suite de la découverte de cette lettre, le FBI a décidé de rouvrir l’enquête sur ces trois évadés. Découvrez l’intégralité de la lettre et la demande insensée que l’évadé fait au FBI dans notre vidéo.

 

En 1962, John Anglin, Clarence Anglin (son frère) et Franck Morris vont disparaître de la prison, connue pour être celle dont « personne ne peut s’échapper ». Les autorités n’avaient jamais découvert les circonstances de leur disparition. Elles ont alors déclaré la mort par noyade des trois hommes. En effet, la célèbre prison se trouve sur un petite île. Ce qui fait d’elle une prison d’où il est compliqué de s’évader.

 

Dans sa lettre écrite en 2013 et envoyée au FBI, John essaie de prouver son identité en expliquant quelques détails de son évasion et le sort de chacun des évadés après leur « sortie » de prison. Il affirme s’être échappé avec ses deux compagnons en juin 1962 et explique qu’il est âgé de 83 ans aujourd’hui. Il affirme aussi que Franck Morris serait décédé en 2008, est enterré à Alexandrie et que son frère est mort en 2011.

 

De plus il fait une demande de négociation la plus improbable qui soit ! Vous pouvez la découvrir dans notre vidéo, juste au-dessus.

 

L’histoire d’Alcatraz

 

Alcatraz, FBI, lettre, Clarence Anglin

 

Au départ, Alcatraz était à la fois une prison et une forteresse militaire dans les années 1850. Le bâtiment y détenait des déserteurs et des « sympathisants confédérés ». En 1933 et 1934, le ministre de la Justice des États-Unis a acquis la forteresse. Et a décidé d’en faire un pénitencier. Au cours de cette période, le bâtiment y abritait  les criminels les plus dangereux de l’Histoire. Tel que Al Capone par exemple. Et en 1963, la prison va fermer. Aujourd’hui, le gouvernement a dédié l’ancienne prison aux visites des touristes et férus d’histoire.

 

Source : Unilad

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Jeanne Tilly le 19 Avr 2018
0