Londres-Sydney en seulement 90 minutes ? Patience, ce sera bientôt possible !

Si vous habitez à Londres et que vous souhaitez partir en vacances à Sydney, il faut compter plus de 20 heures de vol. De quoi en refroidir plus d’un… Sans parler des prix exorbitants de l’avion. Mais si on vous disait que bientôt vous pourrez aller bronzer sur les plages australiennes en seulement 90 minutes ? Impossible ? Et pourtant… On n’arrête pas le progrès.

>> À lire aussi : Hyperloop : le train à super grande vitesse 

La fusée, nouveau moyen de transport ?

Alors qu’aujourd’hui la fusée est un moyen de transport réservé aux astronautes allant explorer l’espace, cela pourrait bientôt changer. En effet, l’Agence spatiale britannique a confirmé la rédaction d’un règlement pour l’établissement du premier port spatial européen. Celui-ci sera construit à l’aéroport de Cornwall Newquay (ville en Angleterre) . Ces vols permettront aux passagers non seulement de se déplacer plus vite mais surtout d’admirer la planète en apesanteur. Pour l’instant, ils font l’objet de tests aux États-Unis mais pourraient être effectifs à partir de 2020 d’après le Daily Mail.

Les fusées de la compagnie Virgin Orbit sont acheminées dans l’atmosphère à bord d’un avion transporteur appelé « Cosmic Girl » : Boeing 747-400, ancien avion de ligne.

>> À lire aussi : Michel Drucker, Marion Cotillard : leur salaire va vous surprendre 

Un projet qui coûte cher

Alors que des tests sont réalisés pour utiliser la fusée comme moyen de transport « quotidien » , ce projet nécessite un budget exorbitant. L’Agence spatiale britannique propose un financement à hauteur de 7.85 millions de livres (10 millions d’euros). Ils ne sont pas les seuls à participer puisque le Conseil de Cornouailles contribuera à hauteur de 12 millions de livres (15 millions d’euros) . C’est donc au total plus de 25 millions d’euros qui seront alloués pour ce projet.

Mais le budget nécessaire est loin d’être atteint. En effet, d’autres contributions sont attendues dont un demi-million d’euros des États-Unis et 3 millions supplémentaires de Virgin Orbit, l’opérateur de lancement spatial basé aux States.

>> À lire aussi : Rouler à gauche : mais pourquoi les Anglais font-ils cela ? 

La fusée : un investissement pour l’avenir

Au-delà de raccourcir considérablement le temps de trajet, cette nouvelle technologie est un réel atout pour l’avenir. En effet, le service développement de Spaceport Cornwall devrait créer 150 nouveaux emplois et cette industrie devrait rapporter 3.9 milliards de livres d’ici 2030. De nouveaux outils pour observer la Terre et ses changements climatiques pourront également être mis en place.

Pour l’instant, le Royaume-Uni devrait rester au sein de l’Agence spatiale européenne mais leur ambition est plus grande. Le pays souhaite ouvrir de nouveaux partenariats internationaux dans le secteur spatial.

Alors ça vous tente ?

>> À lire aussi : QI des Français : êtes-vous dans la moyenne ou pas ? 

En savoir plus sur : - - -

Publié par Emma le 03 Juil 2019
 
0