Naomi Musenga est en train de mourir et le Samu se moque d’elle : l’enregistrement glaçant de ses échanges avec le Samu dévoilé !

Un appel à l’aide au Samu

L’histoire s’était déroulée le 29 décembre 2017, à Strasbourg. Une jeune femme de 22 ans, du nom de Naomi Musenga, avait appelé le Samu en pensant trouver de l’aide. D’après ses dires, la jeune strasbourgeoise avait de graves douleurs au ventre. Mais l’appel téléphonique ne va pas se passer comme prévu. En effet, lorsque Naomi explique son problème, les deux standardistes, présentent à l’autre bout du fil, se moquent d’elle. La jeune femme, apparemment très faible, va alors appeler SOS Médecin mais il est déjà trop tard… Quelques heures après avoir passé son appel au Samu, Naomi Musenga décèdera.

 

Il y a quelques mois, l’histoire avait fait énormément de bruit et avait indigné l’opinion publique. Et aujourd’hui, l’affaire refait surface avec de nouvelles preuves. Les enregistrements de l’appel téléphoniques entre Naomi et le Samu ont enfin pu être récupérés. Et lors de l’écoute de ces derniers, on ne peut qu’être choqué face au comportement inhumain des deux standardistes du Samu. Nous avons pu récupérer l’enregistrement de l’appel, vous pouvez d’ailleurs l’écouter dans notre vidéo.

 

Pendant cet appel, Naomi va se plaindre de douleurs insupportables au ventre et affirme qu’elle va mourir. Les deux femmes vont alors se moquer d’elle. La voix de la jeune femme est très faible. « J’ai très mal, je vais mourir ». Et la standardiste qui est au téléphone va simplement répondre : « Oui, vous allez mourir. Certainement un jour, comme tout le monde ». Agacée la standardiste va laisser Naomi dans cet état sans envoyer le Samu et va lui dire d’appeler SOS Médecin. À la suite de cela, elle va raccrocher.

 

Naomi Musenga mourra quelques heures plus tard

Plusieurs heures plus tard, Naomi parvient tout de même a appeler SOS Médecin. Ces derniers vont appeler le Samu pour qu’ils la prennent en charge. Elle va être enfin transportée à l’hôpital, toujours consciente. Mais elle va faire deux arrêts cardiaques et sera emmenée en réanimation. Cela ne suffira tout de même pas, Naomi Musenga décèdera le 29 décembre 2017, à 17h30. Elle avait 22 ans et était maman d’une petite fille.

 

D’après les médecins qui ont effectué l’autopsie de la jeune femme, Naomi est décédée en raison « d’une défaillance multiviscérale sur choc hémorragique ». Cela signifie que plusieurs de ses organes avaient arrêté de fonctionner. Mais pour le moment, on ne peut savoir si le comportement des deux standardistes et de leur manque de professionnalisme sont liés à sa mort.

 

L’hôpital de Strasbourg a confirmé que les enregistrements fournis aux autorités et à la presse étaient bien ceux de l’appel téléphonique entre Naomi et les deux autres femmes. Cependant, l’établissement ne souhaite pas s’exprimer à ce sujet. « On a fait un communiqué de presse, une enquête est en cours. On ne dira plus rien ».

 

Source : Le Monde

Publié par Jeanne Tilly le 09 Mai 2018