Furieux contre ses ennemis, il commande une statue géante en forme de doigt d’honneur

On a trouvé mieux que les Gilets Jaunes ! Furieux contre les élus locaux, cet homme commande une statue géante en forme de doigt d’honneur.

 

 

Une statue géante en forme de doigt d’honneur en guise de représailles

Magique ! Il faut dire que lorsqu’on est énervé, un bon doigt d’honneur, ça n’a pas de prix. Et c’est exactement le point de vue de Ted Pelkey. Tout commence il y a 10 ans à Westford, dans le Vermont. Cet homme de 54 ans voulait construire un garage de 8000 m2 sur son terrain. La raison est simple, ​​il veut économiser du temps en transférant ses activités de réparation de camions et de recyclage de monofilaments sur son propre terrain.

 

 

 

Seulement voilà, le Westford Selectboard and Development Review Board s’oppose à ce projet. Et sans ce fameux permis de construire, impossible d’y parvenir. S’ensuit une bataille juridique de 10 ans, sans succès. Excédé par la réaction des élus locaux, Ted Pelkey décide de laisser exploser sa colère. Mais, il le fait avec brio et commande une statue géante en forme de doigt d’honneur !

 

 

statue-geante-doigt-d'honneur-comère

Cette statue géante en forme de doigt d’honneur haute de 4 mètres lui aura quand même coûté 4000 dollars

 

 

 

La statue géante en forme de doigt d’honneur fait désormais partie de l’art public

Cette statue géante en forme de doigt d’honneur haute de 4 mètres lui aura quand même coûté 4000 dollars. Mais Ted Pelkey s’en fiche et il installe même des projecteurs pour qu’elle soit visible de jour comme de nuit“Ces gens m’ont mis dans le pétrin, et ce n’est tout simplement pas correct.” Et il veille à ce que les gens de la ville sachent exactement à qui ce doux message est adressé : “Il s’adresse directement aux personnes qui siègent dans notre bureau. Nous n’essayons pas de haïr ni d’animosité les habitants de cette ville, car il y a de très bonnes personnes dans cette ville.”

 

 

 

Cerise sur le gâteau ? Cette statue ne représentant pas une entreprise, elle relève donc de la catégorie de l’art public, protégée par la liberté de parole ! Et pour cet homme de 54 ans, c’est la consécration ultime : “La chose la plus merveilleuse que je connaisse de ma vie.”

Publié par Claire le 12 Dec 2018
0