Grosse tension entre deux Gilets jaunes dans l’Emission politique sur France 2

La disparité des Gilets jaunes pourrait-elle nuire au mouvement dans les prochaines semaines ? Après plus de deux mois de mobilisation sur les ronds-points et dans les artères des grandes villes françaises, quelle orientation donner au vent de révolte ? La question semble très épineuse dans les rangs des Gilets jaunes. Certains comme Eric Drouet militent pour durcir le mouvement dans les prochains jours, d’autres souhaitent transformer la colère citoyenne en révolte dans les urnes. C’est notamment le cas d’Ingrid Levavasseur, autre figure du mouvement, en tête de la liste « Gilets jaunes » aux prochaines élections européennes. Invitée de l’Emission politique, jeudi soir sur France 2, l’aide-soignante s’est confrontée au mécontentement des autres Gilets jaunes qui l’accusent de trahir le mouvement.

 

Le parti d’Ingrid Levavasseur divise les Gilets jaunes

La nouvelle de cette liste « Gilets jaunes » baptisée Ralliement d’initiative citoyenne (RIC) fait polémique. « Je ne voterai pas pour elle, et je lui dit carrément : il faut qu’elle enlève son Gilet jaune, lui a rétorqué une militante du mouvement. Elle a créé un parti politique, elle ne l’a plus, c’est fini. Ce n’était pas le moment de créer un parti politique. Ce n’était pas maintenant. Vous avez voulu faire le buzz, bah c’est gagné, vous rencontrez les ministres (Marlène Schiappa et Jean-Michel Blanquer étaient présents sur le plateau) » Vivement critiquée sur le plateau, Ingrid Levavasseur a gardé son calme. « Qu’est-ce que vous allez proposer pour la suite ? Allez-y, proposez ! » a-t-elle ainsi rétorqué à son accusatrice.

 

Ingrid Levavasseur se justifie après les critiques

Convoitée par BFM TV il y a quelques semaines pour devenir consultante de la chaîne, Ingrid Levavasseur avait préféré décliner l’offre, sous la pression infligée par ses camarades de lutte. « Vous n’imaginez même pas le mal que vous faites aux gens qui se battent pour vous !! Débrouillez vous entre vous puisque vous avez les solutions… » avait-elle alors commenté sur sa page Facebook. Elle rejette aujourd’hui les critiques qui l’accusent de trahir la nature du mouvement. « De toute façon, quoi que je fasse, je serai critiquée. Donc, à un moment donné, prenons les choses en main et faisons ce que bon nous semble. Je ne vole rien, nous sommes le peuple et avons envie de changer les choses » s’est-elle défendue en dénonçant ce « déferlement de haine sur les réseaux sociaux » dont elle est victime depuis l’annonce de sa liste « Gilets jaunes » .

 

 

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Maxime le 25 Jan 2019
 
0