Le TGV change de nom… et ça ne plait pas aux Français ! Les meilleures réactions des internautes

 

C’est dingue, ou plutôt inouï, tout change… et à grande vitesse. Même les onomastismes, ces marques bien installées, devenues des noms communs, peuvent subir le même sort. Sur base de concepts et de stratégies marketing, les groupes décident de renommer leurs marques, relifter leur logo et d’imposer aux consommateurs de produits ou services, des noms qu’ils devront utiliser. L’heure est venue de dire au revoir aux TGV et d’accueillir InOui.

 

Un nom très positif, une déclinaison de « oui » pour les services

La nouvelle qui a fait grand bruit, n’a pas vraiment plu aux Français qui ont immédiatement réagi sur Twitter. Il y a de l’incompréhension, de la colère ou de la moquerie. Si la SNCF a décidé de changer le nom (de son service, uniquement), c’est pour ne pas confondre leur propre marque avec les trains à grandes vitesses qui vont voir le jour un peu partout en Europe. Il y a également un souci d’uniformisation de ses marques, ainsi les Ouibus sont des bus, comme son nom l’indique et les Ouigo sont les services low-cost. Et oui, y a de la suite dans les idées…

(Eric Piermont, AFP)

« Titres de transport » et « chef d’escale », ça passe encore...

Mais ce n’est pas la première fois que la SNCF impose son langage, une sorte de novlangue, cette langue de George Orwell qui réduisait le langage à des phrases les plus concises possibles. Ainsi, la plupart des noms SNCFiens n’ont pas d’articles ni de prépositions. Le fameux contrôleur, qu’il faut appeler « chef de bord », est en réalité en interne, dénommé un ASCT, soit un « agent service commercial train ». Avec l’absence d’articles, difficile même de comprendre le sens. On s’est même habitué à utiliser ces mots comme la « salade fraicheur » (pas de préposition) au bar, indiquer « la voie » au lieu des rails, les « plateformes » au lieu des quais, ou encore monter « à bord » au lieu de monter dans le train. Et pourquoi les gares sont -elles devenues des « escales » ?

Twitter s’enflamme à l’annonce de la nouvelle

Marre d’être pris pour un pigeon (voyageur) par la SNCF qui impose un lexique ridicule ? Faites comme ces internautes qui ont exprimé leur mécontentement en postant des tweets humoristiques.

 

LES VIDEOS A NE PAS RATER
Nicolas F - le 29 Mai 2017
 
0