Retrouvé mort en bas de son immeuble, ce petit chien pourrait bien avoir vécu l’enfer

Ce samedi 29 août, c’est un drame qui se produit dans un immeuble à Besançon. En effet, sur place, les enquêteurs découvrent un chien mort en contrebas. Visiblement, il aurait chuté du 10e étage et rapidement, tous les soupçons se portent sur les propriétaires actuellement placés en garde à vue.

>> À lire aussi : Choc : une otarie tracte des enfants dans un parc… l’activité provoque l’indignation ! (Vidéo)

Besançon : un drame horrible

Ce 29 août à Besançon, un pauvre petit chien est découvert mort sur le trottoir, en contrebas d’un immeuble situé dans le quartier de Planoise. Rapidement, les témoins contactent la police locale et les enquêteurs se rendent sur place pour faire le point. Après les premières observations, ils en déduisent que le bichon aurait chuté du 10e étage et serait mort sur le coup.

C’est donc à partir de là qu’ils décident de se rendre chez ses propriétaires pour comprendre ce qui s’est passé. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que tous les soupçons se portent sur les trentenaires puisque visiblement, la pauvre bête vivait dans des conditions épouvantables !

besancon-retrouve-mort-en-bas-de-limmeuble-ce-chien-a-t-il-ete-balance-par-la-fenetre

>> À lire aussi : « Les jack russel et les labradors mordent plus que les American Staff » : la notion de « chien dangereux » pourrait être réétudiée !

Les propriétaires en garde à vue

Pour comprendre ce qui a pu se passer à Besançon ce jour-là, les enquêteurs décident de se tourner vers les propriétaires. Et dans cet appartement au 10e étage, c’est une scène épouvantable. En effet, les lieux sont insalubres avec même, une pièce jonchée d’excréments canins.

Par ailleurs, il faut savoir que le chien mort sur le coup a été retrouvé muselé et aurait d’ailleurs été enfermé dans cette pièce pour être maltraité. Pour l’instant, rien ne permet de conclure qu’il ait été jeté par la fenêtre. Néanmoins, ses propriétaires sont actuellement placés en garde à vue et, ni dans, ni l’autre ne reconnaît les faits. En tous les cas, l’enquête se poursuit et le couple risque de graves poursuites pour « acte de cruauté envers un animal domestique.»

Publié par Claire le 01 Sep 2020
0