Chasse à l’éléphant : des permis de chasses vendus aux enchères par les autorités au Botswana !

Chaque jour, la lutte contre la chasse et la cruauté animale fait rage, et cela ne suffit pas toujours. Entre le marché noir de la revente de cornes de rhinocéros ou des défenses d’éléphant, nous sommes bien loin du respect de l’animal. Au Botswana, les permis de chasse à l’éléphant sont désormais délivrés… Aux enchères !

>> À lire aussi : Affaire Elisa Pilarski : les chasseurs sortent enfin du silence

Les autorités vendent des permis de chasse à l’éléphant aux enchères !

La nouvelle a eu l’effet d’une bombe dans les différentes associations de défense des animaux. Le Botswana, en plus d’autoriser la chasse à l’éléphant, délivre les permis de chasse aux enchères. Une pratique très controversée, qui fait rugir les différentes associations, à l’heure où le marché noir des défenses d’éléphant rapporte beaucoup d’argent. Une décision qui met en danger la plus grande population d’éléphants au monde, comme le rapporte Le Parisien. Lors de la vente aux enchères, sept “lots” de dix éléphants étaient mis en vente, comme l’a révélé Alice Mmolawa, responsable gouvernementale de la faune. Cette dernière n’a pas voulu donner plus d’indications sur les origines et le but de cette vente.

>> À lire aussi : Maison de l’horreur : il battait ses enfants pour chasser les « mauvais esprits »

La chasse limitée à 400 éléphants tués par an !

Le gouvernement a cependant cru pouvoir minimiser la colère en indiquant que jusqu’à 400 éléphants pourront être tués par an. Une limite imposée par les permis de chasse délivrés tout au long de l’année. Alors que la chasse aux éléphants était interdite depuis maintenant cinq ans, le président botswanais l’a rétabli en mai dernier, qui se défend à travers un développement incontrôlé des pachydermes, menaçant les récoltes des populations locales et autres moyens de subsistance, comme nous en informe Le Parisien. Les permis de chasse ont été délivrés aux “entreprises soit détenues par des citoyens botswanais soit enregistrées au Botswana” a expliqué Alice Mmolawa. Du côté des ONG de protection de l’environnement, certains parlent d’enchères “profondément inquiétantes et contestables” , la chasse n’étant pas “un moyen efficace à long terme de régulation de la population” .

>> À lire aussi : Une chasse aux sextoys arrive à grands pas, et c’est pour la bonne cause !

Publié par Jessy le 09 Feb 2020
0