Voilà pourquoi vous ne devriez plus photographier les chèvres dans les arbres au Maroc…

Publié par Constance le 28 Avr 2019

 

Si on savait qu’en Asie certains animaux comme les tigres et les éléphants étaient maltraités et utilisés pour divertir des touristes, on ne se serait jamais douté que les chèvres marocaines subissent le même sort. Les agriculteurs marocains ont bien compris l’intérêt des touristes pour ces petits animaux et ont décidé d’en profiter.

Des chèvres dans des arbres ?

Tous ceux qui ont déjà visité le Maroc ont remarqué les chèvres perchées dans les arganiers. Elles raffolent des fruits de cet arbre et montent naturellement sur les branches les plus basses. Les touristes s’amusent à les prendre en photo car c’est un spectacle tout à fait surprenant. Jusque-là, rien de plus innocent. Mais certains agriculteurs peu scrupuleux ont décidé d’en profiter pour gagner de l’argent. C’est le journal anglais The Thelegraph qui a révélé l’information.

>> À lire aussi : En Allemagne, en cirque remplace les animaux des hologrammes et c’est bluffant

Une supercherie bien rodée

Les agriculteurs forcent les chèvres à monter sur les branches les plus hautes et à y rester parfois presque une demi-journée. Ils installent des planches de bois dans les arbres pour que les animaux puissent tenir. Pour quelques dirhams, ils proposent aux touristes de photographier ce phénomène « typique » du Maroc. Les pauvres bêtes restent en plein soleil, sans eau pendant des heures. Le plus souvent, les touristes ne sont pas au courant de la supercherie car ils manquent d’informations.

Chèvres marocaines maltraitées

>>À lire aussi : Pourquoi on dit « allo » quand on répond au téléphone ?

Les chèvres marocaines ne sont pas les seules à être exploitées

Geoffrey Dennis, le président de la Société Protectrice des Animaux à l’Étranger (SPANA), a été mis au courant de cette situation. Il a déclaré : « L’ex­ploi­ta­tion de tout animal est inac­cep­table, en parti­cu­lier lorsqu’il est utilisé à des fins de diver­tis­se­ment« . Malheureusement, les chèvres marocaines ne sont pas les seuls animaux à être exploités. En Thaïlande, on drogue les éléphants pour que les touristes puissent faire des promenades sur leurs dos. Les bébés sont maltraités pendants des jours pour qu’ils deviennent dociles en grandissant. Cette technique est appelée « phajaan » et l’animal en garde un souvenir toute sa vie. Les tigres sont aussi souvent maltraités pour que les visiteurs puissent prendre des photos avec eux. Quand ils deviennent trop gros et trop dangereux, les propriétaires décident de s’en « séparer ». On pourrait également citer les singes, les dauphins ou encore les orques qui sont utilisés dans des spectacles. Tant que les touristes continueront à payer pour ce genre d’attractions, le cauchemar des animaux ne cessera pas.

>> À lire aussi : La Chine réautorise le braconnage d’animaux en voie d’extinctions

En savoir plus sur : -

 
0