La corrida chinoise : des combats où les taureaux sont retournés au sol

En France, en Espagne et au Portugal, les combats de taureaux prennent une tournure sanglante. Mise à mort de l’animal, animal blessé ou stressé, les corridas sont toujours décriées et divisent l’opinion. Dans une petite communauté chinoises, les corridas existent aussi, mais prennent la forme de combats de taureaux durant lesquels les combattants sont ceux qui sont les plus mis en danger. Ren Ruzhi, un champion d’arts martiaux, pratique ce sport très dangereux. Le but est de mettre à terre des taureaux de 450 kilos. Regardez la vidéo d’un combat assez impressionnant.

Les combats de taureaux demandent une grande maitrise de la force

Dans la communauté minoritaire des Hui, les musulmans chinois, il existe une tradition particulière. Cette ethnie qui est estimée à plus de 10 millions de personnes, a pour habitude de pratiquer les arts martiaux, comme le kung fu, ainsi que d’autres sports de combat. Parmi ceux-ci, on retrouve le combat de taureaux. Le but de ce sport est d’attraper le bovin, de le retourner et de le plaquer au sol, alors qu’il pèse 5 fois plus lourds que les combattants. Ren Ruzhi est un champion de sport qui explique que le combat « symbolise la bravoure de l’homme ».

Cet art martial est moins sanglant que les corridas

Ce jeune homme de 24 ans a été filmé en train d’attraper un taureau par les cornes, et lui retourner la tête pour la plaquer au sol. L’animal n’a pas d’autres choix que de s’abaisser et se coucher, comme si le combattant lui avait fait un clé. « Les combats de taureaux espagnols sont plus comme un spectacle ou un show », commente un spectateur assidu, qui préfère sa variante asiatique. Ici, il n’y a pas d’épées ni de scènes gores… sauf quand ça tourne mal pour le combattant qui affronte un animal très énervé. « Cette variante chinoise est une vraie compétition qui confronte les compétences humaines à celle d’un taureau. Il y a plein de techniques qui sont requises de maitriser car ça peut être très dangereux », explique Ren.

La puissance explosive est la clé de la réussite

Han Hua est professeur d’art martial à l’école Haihua Kung Fu de Jiaxing. Ce combattant chevronné apprend cette discipline à ses élèves. Il leur apprend « la puissance explosive du qigong, une ancienne pratique psycho-corporelle chinoise. Cela combine la vitesse des arts martiaux ou techniques traditionnelles de la lutte. Qu’est-ce que j’entends par puissance explosive ? C’est un flash ! Pow ! Il faut concentrer toute sa puissance en un point. Tout à coup, en un flash, le mettre à terre ! ». Si le premier combattant est trop fatigué et n’arrive pas à mettre le taureau à terre, un second combattant prend sa place. PETA a tout de même fait savoir que cette pratique était déplorable et que les taureaux souffraient, même s’il n’y avait aucune mise à mort.

combats de taureaux en chine

Crédits : Reuters

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Nicolas F le 10 Déc 2018
 
0