Une jeune femme expulsée du bus car son chien guide est… noir !

Une jeune femme de 22 ans décide de prendre le bus pour se rendre à un rendez-vous. Mais malheureusement, elle est victime de la bêtise humaine puisqu’une femme s’énerve et lui demande de descendre du bus à cause de son chien-guide de couleur noire.

 

 

Une jeune femme expulsée du bus à cause de son chien-guide

Megan Taylor est une jeune femme âgée de 22 ans qui souffre de « cécité épisodique. » En effet, à l’âge de 15 ans, elle se blesse gravement à la tête ce qui entraîne tout un tas de problèmes médicaux. Elle souffre notamment d’une perte auditive, d’une perte d’équilibre, d’évanouissements fréquents et de vertige. Elle explique : « cet incident m’a causé de multiples fractures au crâne. Je peux perdre la vue temporairement sans préavis à tout moment, ce qui est terrifiant. » Et elle ajoute, « même quand je peux voir, je suis tellement étourdie désorientée en marchant que je me heurte à des obstacles et trébuche. »

 

 

 

Elle est donc accompagnée d’un chien-guide, Rowley, qui est un magnifique labrador noir qui l’accompagne dans ses tâches quotidiennes. Et ce jour-là, elle décide de prendre le bus. Mais malheureusement, elle tombe sur ce qui semble être une hystérique notoire qui lui demande de descendre du bus et « faire sortir ce chien. »

 

 

chien-guide-handicap

 

 

Son chien-guide, sa meilleure arme

En effet, la folle furieuse prétend que le chien-guide est toujours de couleur jaune et non pas noire. Megan aurait tenté d’expliquer poliment que son labrador est bel et bien un chien d’assistance avant d’être taxé de menteuse. « J’ai essayé de lui expliquer que les chiens-guides et les chiens d’assistance peuvent être de toutes les couleurs et ne doivent pas nécessairement être des labradors, bien que Rowley le soit. Elle m’a dit que j’avais tort. »

 

 

Et elle continue : « j’ai décidé à ce stade qu’il n’y avait rien que je puisse dire pour éduquer cette femme et que cela ne valait pas la peine de perdre du temps. J’ai plutôt choisi de l’ignorer pendant qu’elle continue à dire des sottises. » Malheureusement rompue à ce genre d’incident, elle n’est pas étonnée du comportement de cette femme qu’elle choisit délibérément d’ignorer. Mais elle conclut par cette très belle phrase qui impose le respect : « j’essaie de rester positive de ne pas laisser les incidents tels que ce qui s’est passé me déranger parce que je n’ai pas honte de mon handicap. Malgré de nombreuses expériences négatives, je sais que ces personnes constituent la minorité. La plupart des gens sont bons et gentils. »

En savoir plus sur : - - -

Publié par Claire le 13 Jan 2019