Scandaleux : Pour fêter leur victoire au foot, des Russes exhibent un ours qui joue de la vuvuzela

Publié par Nicolas F le 19 Juin 2018

Cette vidéo a déjà fait le tour des réseaux sociaux. Alors que la Coupe du monde se déroule pour le moment tranquillement en Russie, des agissements qui posent question ont eu lieu en marge de l’événement. Certaines traditions russes de montreurs d’ours passent dans le reste du monde. Suite à la victoire 5 à 0 de la Russie face à l’Arabie saoudite, les Russes sont allés célébrés ce score dans les rues en exhibant l’une de leurs fiertés nationales, un ours. Mais en plus, comme vous pouvez le voir dans la vidéo, cet ours domestiqué et attaché au coffre d’un pick-up, sonne dans une vuvuzela.

 

Les ours sont la fierté de la Russie

Tima est un ours de cirque, un animal très présent dans le pays, puisqu’il s’agit de l’emblème national. Les montreurs d’ours sont encore légion en Russie et les animaux sont souvent présents lors d’événements festifs, exhibés fièrement par leurs propriétaires. Juste avant la Coupe du monde, un ours (qu’on pense être le même) avait déjà choqué, lorsqu’on avait découvert que l’animal avait servi à donner le coup d’envoi d’un match. Sur cette vidéo, on pouvait voir un ours qui frappait dans les mains et lançait la balle.

 

L’animal souffle dans une vuvuzela pour fêter la victoire du pays organisateur

Cette fois-ci, l’ours était à Moscou, debout sur ses pattes arrière, installé à bord d’une camionnette. Les gens l’applaudissent, le suivent, crient, chantent car ils sont heureux que le pays organisateur ait remporté le premier match de la compétition. Pour célébrer cette victoire, l’ours Tima tient dans ses pattes un instrument. Il s’agit d’une vuvuzela, cette étrange corne fine et longue découverte dans les stades de foot, à l’occasion de la Coupe du monde 2010, en Afrique du Sud. Ces images fendent le cœur de tous les protecteurs d’animaux qui sont outrés par les singeries qu’imposent les hommes à des animaux sauvages.

ours vuvuzela coupe du monde

En savoir plus sur : - - - - -