Honteux : un singe déguisé en petite fille fait la manche sur le bord de la route (vidéo)

Un singe qui fait la manche

Ce que les gens peuvent être cons… Cette vidéo nous montre un singe affublé d’un déguisement quelconque et d’un affreux masque. L’animal est supposé ressembler à une fillette et récolte l’argent que lui tendent les passants. Oui, on peut être tenté de donner lorsqu’on voit un animal dans la rue. Mais dans ces conditions-là, donner signifie cautionner. Et ce n’est pas venir en aide au primate que d’encourager son abruti de maître dans sa bêtise. La vidéo a été filmée à Bogor, en Indonésie. On imagine même pas la chaleur qu’il doit faire sous ce masque ridicule.

 

Le singe est enchaîné

C’est un conducteur qui passait par-là qui a filmé ces images dérangeantes. Notons que l’animal se trouve au bord d’une route, vu qu’il y a plus de passage. Mais également qu’il est attaché à une chaîne. On le force donc à faire une chose qu’il n’a pas demandé pour de l’argent et enchaîné de surcroît. Cette pratique a un nom et c’est tout simplement de l’esclavagisme. Le petit singe collecte ses billets dans un seau bleu. Cette vidéo étrange a été publiée sur Facebook le 19 avril dernier et les commentaires des internautes sont mitigés.

singe

singe déguisé

La pratique du singe est répandue…

Malheureusement, il semblerait que la pratique soit plutôt répandue en Indonésie. Elle est connue sous le nom de « Topeng Monyet » que l’on peut traduire par « Masque de Singe ». Pourtant, la capitale indonésienne, Jakarta, l’avait interdite en 2013. Après cela, les singes n’étaient plus en mesure de repartir vivre seuls dans la forêt en raison de nombreux traumatismes physiques et psychologiques. Malgré cette interdiction, la pratique se poursuit dans certaines régions d’Indonésie… Mais rappelons que les singes, comme tous les autres animaux, sont capables de ressentir les émotions, la douleur, et la compassion.

masque de singe

cruauté

Crédit photos / photo à la une : ©NewsDog Media

En savoir plus sur : -

Publié par Charlene le 27 Avr 2018