Un appel aux dons pour aider Bambinette à avoir un enclos

 


À Continoir, à l’ouest de Tours, un couple recueille un faon en mai dernier. Après s’être occupé du petit animal blessé, ces derniers sont aujourd’hui obligés de se mettre en conformité avec la loi et de lui construire un enclos. Ayant de petits revenus, il lance donc un appel aux dons pour les aider, et aider Bambinette.

 

Il recueille un petit faon blessé et l’appelle Bambinette

C’était en mai dernier. Ghislaine et Jean-Luc recueille un faon blessé qu’ils baptiseront Bambinette. La petite femelle vient à peine de naître, mais n’arrive pas à se mettre debout. Elle a les sabots de devant repliés. Ghislaine explique « je l’ai soignée, je me suis appliquée à la mettre debout « . Au bout de quelques mois, la petite biche se remet sur pied, mais ne quitte pas pour autant le domicile du couple.

 

«  C’est notre bébé, elle me suit partout dans la maison. Au départ, on ne voulait pas forcément la garder. Mais elle est jamais repartie « . Du coup, cela fait aujourd’hui 7 mois que Ghislaine nourrit Bambinette tous les jours. Et la petite, qui a retrouvé la pleine possession de ses moyens, est en super forme. Elle engloutie à peu près 30 biberons par jour en 35 secondes !

bambinette - dons-faon-garder

Bambinette engloutie à peu près 30 biberons par jour en 35 secondes !

L’obligation de se mettre ne conformité avec la loi

Alors que Jean-Luc et Ghislaine confient s’être vraiment « attaché » à l’animal, ils expliquent que fin août, ils reçoivent la visite de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. L’organisme mène une enquête et demande à la famille de régulariser leur situation. En effet, Bambinette est considérée comme étant un animal sauvage et classée parmi les espèces dangereuses. Les conditions d’adoption de la bête doivent donc répondre à des normes strictes.

 

Pour pouvoir répondre à ces critères, il faut notamment que la famille d’accueil du petit faon dispose d’un certificat de capacité et d’une autorisation de détention. Par ailleurs, il faut qu’il puisse accueillir l’animal sur un terrain d’au moins 1 hectare. Ces deux premiers points ont déjà été résolus, puisque Jean-Luc et Ghislaine ont bien obtenu le certificat et dispose d’un très grand terrain qui correspond aux critères exigés.

 

Jean-Luc précise que lors de la remise de son certificat, on lui a déconseillé de remettre Bambinette dans la nature, car elle ne survivrait pas. Reste un problème de taille à résoudre, l’enclos ! En effet, pour la petite biche, il est demandé à ce qu’un enclos soit construit tout autour du terrain d’1 hectare avec un grillage de 2 mètres de hauteur et enterré sur 50 cm.

 

Un appel aux dons pour garder Bambinette

Le souci, c’est que le coût de cette installation revient très cher puisqu’il avoisine les 3000 €. En plus de ça, il est demandé à ce que l’animal soit vacciné et stérilisé. Ce qui coûtera au couple 2000 € de plus. Ayant peu de moyens, Ghislaine et Jean-Luc se retrouvent dans une impasse « le problème c’est que mon compagnon est au RSA et moi je ne gagne pas beaucoup avec mon travail d’aide ménagère. Bambinette est trop importante pour nous, c’est devenu notre bébé. Mon compagnon n’a pas eu d’enfants, il a 50 ans et donc il la considère comme sa fille ».

 

Ils ont ouvert une cagnotte afin de pouvoir récolter les fonds nécessaires qui leur permettront de pouvoir garder Bambinette à leurs côtés. Ils ont déjà réuni presque 800 € et compte sur l’aide de donateurs au grand cœur : gigidu37420@hotmail.fr

En savoir plus sur : - - - - - - -

Publié par Claire le 15 Oct 2018
 
0