Supermarchés : ce très gros changement après le confinement qui ne va pas plaire aux consommateurs

Depuis le début du confinement, les Français s’indignent de l’augmentation des prix dans les supermarchés et hypermarchés. Mais cela ne va pas se calmer. Avec la hausse des prix des matières premières, de la maintenance, de la production et des protections des employés, le pouvoir d’achat des Français pourrait bien diminuer, même après la crise sanitaire.

>> À lire aussi : Coronavirus : ce symptôme respiratoire moins connu auquel il faut être vigilant

Coronavirus : Quand les courses deviennent un gouffre financier !

Depuis la crise sanitaire liée au coronavirus, les Français sont face à une augmentation des prix de certains produits en supermarchés. Une augmentation qui fait bien souvent mal au porte-monnaie, surtout lorsque les Français ne touchent pas la totalité de leur salaire. De leur côté, les industries agroalimentaires ne peuvent faire autrement. Depuis le début du confinement, les coûts de production, de maintenance et de livraisons ont augmenté. Une organisation différente, imposée, qui se répercutera directement sur le pouvoir d’achat des Français. « Les entreprises agroalimentaires tiennent, mais à quel prix ? » s’est interrogé l’Association nationale des industries agroalimentaires (Ania).

>> À lire aussi : Coronavirus : cette vidéo très émouvante nous montre que nous commençons à voir sortie du tunnel

Baisse du chiffre d’affaires, augmentation des prix … Et baisse du pouvoir d’achat…

« Ces hausses de coûts, remontées par l’ensemble des industriels, sont comprises entre 3% et 16%. Elles grèvent actuellement la rentabilité des entreprises agroalimentaires » explique l’association. Depuis le début du confinement, les différentes industries agroalimentaires font des efforts pour continuer à produire et livrer les produits, mais aussi pour protéger les employés. « L’effort national considérable des entreprises de l’alimentation qui permet à la chaîne alimentaire de tenir » relate Richard Girardot, président de l’Ania, avant d’ajouter : « Tous les Français doivent en avoir conscience. Une nouvelle ère s’engagera lors de la sortie de crise, façonnée par une demande durablement modifiée du consommateur, dans ses choix, ses circuits d’achat, son pouvoir d’achat » .

Actuellement, entre 70 et 80% des entreprises constatent « des baisses de chiffres d’affaires et une rentabilité fragilisée » . Et comme tout retard, il va falloir, tôt ou tard, le rattraper !

>> À lire aussi : Coronavirus : la consommation d’alcool pendant le confinement serait une mauvaise idée face au virus

Source : France Tv Info

Publié par Jessy le 20 Avr 2020
0