La Joconde va t-elle être vendue pour sauver l’économie ?

C’est une idée folle que propose un entrepreneur français. Après 8 semaines de confinement, la France a du mal à faire repartir l’économie. Plusieurs personnes s’inquiètent de la santé du pays et proposent toutes sortes d’idées, dont une qui concerne la Joconde.

Vendre la Joconde ? L'idée folle d'un entrepreneur français

>>> À lire aussi : La Joconde, Le Cri, La Laitière : les plus célèbres tableaux se mettent à bouger et c’est impressionnant ! 

La Joconde en vente ?

Un entrepreneur français a proposé très sérieusement dans une tribune de Usbek & Rica, de vendre le tableau le plus populaire du Louvre : la Joconde. Avec 30 000 visiteurs quotidiens en 2019, Mona Lisa attire pas moins de 7 millions de curieux par an !

Selon l’auteur de cette idée, Stéphane Distinguin, CEO de Fabernovel, l’oeuvre de Leonard de Vinci vaut plus de 50 milliards d’euros. Toutefois, il précise que : « On m’a dit que mon estimation était très surévaluée, farfelue même, mais à chaque fois sans véritables arguments ». En effet, la toile appartient à l’État, elle n’a donc pas de prix, est inaliénable et imprescriptible, précise CNews.

Il faut toutefois songer au prix de l’épidémie du Coronavirus : « Jour après jour, nous listons les milliards engloutis dans cette crise comme des enfants comptant la chute d’une pierre dans un puits pour mesurer sa profondeur. En tant qu’entrepreneur et contribuable, je sais que ces milliards ne sont pas inventés et qu’ils nous coûteront nécessairement ».

>>> À lire aussi : « Effet Mona Lisa » : la Joconde nous suit-elle vraiment des yeux ? Rien n’est moins sûr…

Comment vendre la Joconde ?

Ainsi, vendre la Joconde revient à « vendre les bijoux de famille » de la France pour « contribuer au financement de la culture ». Pour mettre en vente ce tableau extrêmement populaire, Stéphane Distinguin songe à créer une crypto-monnaie dont la valeur de la peinture sert de base. Physiquement à Paris, chacun pourrait alors acheter une part du tableau. Ce moyen permettrait de garder « la France et au Louvre de garder le contrôle et la capacité d’exploitation du tableau ».

L’entrepreneur estime que l’argent récolté doit permettre le financement de la création contemporaine et doit profiter aux intermittents du spectacle : « Vendre de l’ancien pour faire du nouveau, du patrimoine pour de la création. C’est la marque d’une nation qui croit en son avenir et ses artistes. […] Si ce n’est pas la Joconde qu’on vend, j’espère que nous pourrons tomber d’accord sur des œuvres moins spectaculaires, […], pour permettre à des artistes, des intermittents du spectacle, toute une filière et une industrie de manger et de créer nos futures Joconde », relate Sputnik.

>>> À lire aussi : Découvrez ces 40 tags de rue incroyables sur le Coronavirus 

Source : Usbek & Rica

En savoir plus sur : - - - - - - - -

Publié par Justine le 21 Mai 2020
0