« Mon nom est clitoris » : Un documentaire ciné qui traite de la masturbation féminine et dénonce les tabous ! (Vidéo)

En voilà, un drôle de nom pour un film. Mais à travers ce nom, à la fois évocateur et mystérieux, les deux jeunes réalisatrices de ce documentaire veulent frapper fort. Un film qui donnera la parole à plusieurs jeunes femmes âgées d’une vingtaine d’années, qui raconteront la découverte de leur corps. Un projet qui se veut aussi éducatif et assure un rôle que l’Etat ne prend pas pour Lisa Billuart Monet et Daphnée Leblond. Découvrez l’affiche de ce film qui sort ce lundi 22 juin dans la vidéo ci-dessous. 

A lire aussi : « I was 6, c’était mon père, I was 8, c’était le fils de ma belle-mère. I was 12, c’était le mari de ma sœur » : Quand les victimes de viols et d’attouchements sexuels prennent la parole sur Twitter

Un documentaire qui traite du plaisir féminin

Douze jeunes femmes interviewées, âgées de 20 à 28 ans qui vont raconter leurs expériences personnelles et notamment les questions qu’elles se posent à travers ce documentaire. La masturbation féminine, le plaisir mais aussi le clitoris sont ainsi des sujets au coeur de ce film réalisé par Lisa Billuart Monet et Daphnée Leblond. Deux jeunes femmes aux commandes, ce qui a permis une certaine proximité avec les femmes interviewées.

Un film qui tenait donc au coeur de ces deux jeunes femmes, qui se sont rencontrées pendant leurs études. Cependant, les deux réalisatrices s’insurgent contre l’Etat qui ne joue pas son rôle.

A lire aussi : Ces stars qui dévoilent tout sur leurs pratiques avec leurs… sex toys !

Un aspect éducatif

« Ce n’est pas normal qu’on doive en passer par des docus, ce n’est pas le rôle des cinéastes d’assurer la prévention de la santé et la sensibilisation aux discriminations. Ce sont des apprentissages qui doivent se faire à l’école par des intervenantes extérieures« , explique Daphnée Leblond.

Elle rappelle par ailleurs que ces intervenantes devraient être payées et non bénévoles. « Ce n’est pas normal que l’Etat fasse reposer sur du bénévolat ce type d’info fondamentale« . Daphné Leblond cite ici l’exemple de l’association Claf’outils. Une association – donc des bénévoles –  qui revient sur toutes les questions autour de la sexualité dans le milieu scolaire.

mon nom est clitoris documentaire

La notion de consentement au coeur du film

Un film qui revient aussi beaucoup sur la notion de consentement, une notion énormément débattue depuis plusieurs années et cette ère post MeToo. Un documentaire complètement dans son ère du temps donc, fait par des femmes, avec des femmes, pour les femmes ET les hommes ET les autres genres, à voir à tout âge, à partir de ce lundi 22 juin. « On a fait le film qu’on aurait voulu voir quand on était adolescentes« , conclut Lisa Billuart Monet.

A lire aussi : Lola Dubini pose en sous-vêtements et dévoile un message puissant ! (Vidéo)

Publié par Tom le 19 Juin 2020
0