Male tears, manspreading ou manterrupting : que veulent dire ces termes féministes ?

Quand on vous dit « féminisme » , deux camps s’opposent : ceux qui défendent le mouvement, et ceux qui s’y opposent catégoriquement. En 2019, la question de savoir si la femme doit être égale à l’homme se pose encore. Aberrant, n’est-ce pas ? Et pourtant, des inégalités persistent encore dans une société qui se veut évolutive. Pour dénoncer les actes sexistes des hommes, les féministes ont inventé plusieurs termes qu’il est important de comprendre. Manspreading, Male Tears ou encore Maninterrupting… On vous explique tout !

>> À lire aussi : Pour la première fois, des urinoirs collectifs féminins arrivent en France

 

1) Men are trash

En gros, ça veut dire que « les hommes sont des ordures » . Cette expression est utilisée pour définir les hommes qui ont un comportement ou une intention mauvaise envers les femmes. Infidèles, beaux parleurs, violents ou insultants… Ce genre d’hommes est catégorisé de « men are trash » lorsqu’ils agissent en manquant de respect à une femme.

Exemple : un garçon vous drague dans un bar, pour au final embrasser sa copine 30 minutes après…. MEN ARE TRASH.

>> À lire aussi : Féminisme : Qu’en pensent vraiment les hommes ?

2) Manspreading

En traduisant, cela vous tout simplement dire « l’homme qui s’étale » . Cette expression désigne les hommes qui ont la fâcheuse (et super gênante) manie d’écarter les jambes dans les lieux publics. Vous savez, ce « bonhomme » qui va écarter les jambes lorsque vous êtes face à lui dans le métro ou au parc. Le terme est surtout utilisé pour définir les hommes qui écartent les jambes dans le métro, laissant ainsi très peu de place aux femmes qui souhaitent s’asseoir à côté.

Exemple : vous êtes une femme et vous voulez vous asseoir sur un siège libre dans le métro. Mais un homme vous empêche de vous asseoir par le fait d’écarter ses jambes, comme-ci ses testicules étaient hyper fragiles. Vous comprenez, il ne faut pas abîmer les bijoux de famille de monsieur. Enfin bref : MANSPREADING

manspreading

3) Le Male gaze

Cette expression trouve pour synonyme le « regard masculin » . De manière simplifiée, c’est le fait que la culture dominante et visible de tous est une vision d’homme hétérosexuel, rejetant dès lors la vision d’une femme ou des LGBT. Le regard masculin est finalement bien présent dans la société contemporaine à travers la multitude de couvertures de magazines montrant des femmes « super bien foutues » , tout simplement car l’homme tend à sexualiser la femme, jusqu’à en faire un objet. Récemment, des hôtesses d’accueil ont témoigné sur des hommes qui les voient comme des femmes objets, seulement capables de faire les potiches.

Exemple : une publicité pour une nouvelle bouteille d’alcool ou de boisson gazeuse avec une femme à moitié nue et respectant les « normes de la mode » : MALE GAZE

4) Le Manterrupting

Si on est un minimum bilingue, on comprend déjà un peu l’expression. « Man » (homme) et « interrupting » (interrompre). Donc l’homme qui interrompt. Vous savez, ce mec qui pense que la femme, dès qu’elle ouvre la bouche, ne dit pas quelque chose d’intéressant. Ces hommes qui coupent la parole aux femmes qui s’expriment.

Exemple : vous êtes en train de parler d’un événement politique important, ou du dernier Marvel au cinéma, et Sébastien vous coupe la parole sans pression, pour exprimer son point de vue : MANTERRUPTING

5) Le Bropropriating

Ce terme désigne la manie des hommes à reprendre les propos, idées et paroles émis par une femme, afin de se les approprier. En général, le Bropropriating est indissociable du Manterrupting.

Exemple : au bureau, vous donnez une idée pour un événement ou un dossier en cours à votre patron. Mais en réunion avec vos collègues et d’autres dirigeants haut placés, ce dernier reprend vos idées avec la fameuse formulation : « J’ai réfléchi et je me suis dit qu’il serait bien… » : BROPROPRIATING

6) Le Mansplaining

Encore un terme anglais ? Et oui. Dans notre si belle langue, on le traduirait « mecsplication » . En gros, c’est quand un homme se lance dans des explications de manière condescendante, en s’adressant à une femme. Chose qu’il ne ferait pas avec un homme. C’est un peu comme prendre la femme pour une enfant qui n’est pas capable de comprendre avec des mots « un peu trop compliqués » .

Exemple : Rebecca Slonit, qui a inventé le terme, donne l’exemple le plus frappant : « un homme me parlait d’un livre très important qu’il avait lu et m’expliquait son contenu comme si j’avais 7 ans. Il a fallu lui répéter trois ou quatre fois que c’était moi qui l’avais écrit avant qu’il ne s’interrompe et daigne m’écouter » : MANSPLAINING

feminisme

 

Votre article continue en page 2. Cliquez sur « page suivante » pour continuer.

 
Publié par Jessy le 23 Août 2019
0