Les 10 choses à savoir sur la Grande barrière de corail

La Grande barrière de corail, cela vous dit quelque chose ? Elle est tellement grande qu’elle peut être vue depuis l’espace. Alors qu’elle ne cesse d’évoluer et de changer, il est intéressant de connaître certains faits que nous ignorons (peut-être) encore sur l’existence de ce récif, un espace naturel des océans, expliqué par le site spotmydive.com.

>> À lire aussi : Mémoire écologique : la Grande Barrière de corail s’acclimate au réchauffement climatique

Les coraux sont des animaux

Souvent considéré comme une plante pour sa forme végétale, le corail n’est plus ni moins qu’un animal. En sécrétant du carbonate de calcium, le corail forme ce que les spécialistes appellent « un squelette minéral externe » . En d’autres termes, le squelette de cet animal est visible et le protège des tissus du polype (famille des Cnidaires). Les polypes sont rien d’autres que les organismes du corail, formé principalement d’une bouche et d’un estomac.

>> À lire aussi : Rapport de l’ONU : le taux d’extinction des espèces animales et végétales ne fait qu’augmenter

Les coraux peuvent vivre entre 541 et 485 millions d’années

Autant dire qu’ils sont presque éternels. Les grands récifs coralliens sont, semble-t-il, les plus vieux animaux vivants en colonie du monde. Cependant, la lumière et la température sont des conditions importantes pour la survie des coraux. La température doit être comprise entre 22 et 29°C. Une lumière ou une température trop élevée aura pour conséquence un dépérissement des coraux, se traduisant par une couleur blanchâtre sur ces derniers. Ce blanchissement n’est pas irrémédiable. Une température plus convenable permet aux coraux de retrouver leur couleur initiale, à condition que cela se fasse dans des délais raisonnables.

Les coraux sont essentiels à la construction des récifs

Ils sont à la fois un support, une nourriture et un abri. C’est un refuge protecteur pour certains poissons. Ils sont d’ailleurs importants pour la bonne santé des poissons. Les récifs coralliens abritent environ 4000 espèces de poissons, 700 espèces de coraux et des milliers d’autres formes de vie animale et végétale. Les coraux protègent également les côtes. Une protection capitale, notamment dans la région sud-ouest de l’océan indien. Les récifs coralliens font aussi partie des activités touristiques très demandées et recherchées par les touristes. Sa protection est donc essentielle d’un point de vue économique.

Où trouver les coraux ?

Vous pouvez trouver des coraux dans tous les océans du monde. Mais les coraux tropicaux et subtropicaux forment de grandes barrières et récifs à faible profondeur. Les algues présentes dans les tissus des coraux ont besoin d’une température de l’eau entre 22 et 29°C. La surpêche de certaines espèces récifales a affecté l’équilibre écologique et la biodiversité des récifs.

Les coraux menacés

La surpêche des poissons herbivores entraîne une croissance des algues, qui asphyxient les coraux. Malgré l’enjeu économique du tourisme, les coraux sont mis en danger par le comportement parfois négligent des touristes. La pollution menace également les récifs coralliens. Au cours des 10 dernières années, les maladies développées chez les coraux ont très nettement augmenté, contribuant à la détérioration des récifs coralliens du monde entier. Afin de protéger les coraux, il est essentiel de prévenir les touristes des règles à suivre pour respecter ces animaux sensibles. Il ne faut ni les toucher, ni leur marcher dessus.

Le récif est presque noyé

Cela vous semble absurde qu’une créature de la mer puisse se noyer ? Et pourtant ça pourrait bien être le cas. La plupart des espèces de coraux vivent dans les eaux peu profondes. Si le niveau de l’eau monte trop haut, le récif de corail peut mourir.

Les coraux aiment le plastique

Bien que le plastique soit une des plus grandes menaces pour notre environnement, les coraux semblent l’apprécier pour son goût. Mais après l’ingestion, les coraux expulsent jusqu’à 92% de leur repas à base de plastique, comprenant l’inutilité nutritionnelle de la matière. Mais les 8% restants offrent aux coraux la sensation d’être rassasié, alors que ces derniers meurent de faim. Cela peut contribuer à leur extinction.

Des ventilateurs flottants pour protéger les coraux

C’est un projet à 2,2 millions de dollars qui se dresse devant nous, consistant à refroidir le récif grâce à des ventilateurs géants. Alors qu’une température élevée ou une forte lumière peut provoquer le blanchiment des coraux, les ventilateurs permettraient à ces derniers de guérir plus rapidement. En 2017, les scientifiques ont pu constater que ces ventilateurs, ayant produit des courants d’eau froide, ont permis la guérison du corail. Mais il faudrait beaucoup plus de moyens pour sauver intégralement les récifs.

Les coraux ne se trouvent pas toujours qu’en eau peu profonde

Alors qu’il suffit aux plongeurs de s’aventurer à 30 mètres de profondeur à peine pour voir des coraux, des chercheurs ont découvert en 2013 une espèce de corail à 125 mètres de profondeur. Étonnant lorsqu’on sait que les polypes se nourrissent des algues qu’on retrouve en eau basse, et qui ont besoin de la lumière du soleil pour vivre. L’existence de coraux en eau très profonde reste encore un mystère.

La moitié du récif est mort

Depuis 1988, Katharina Fabricius, écologiste, explore les merveilles sous-marines. En 2012, elle remarque que le corail avait perdu plus de la moitié de ses récifs. Et le coupable de cette grande perte serait l’étoile de mer couronne d’épines. Cette dernière aurait détruit 42% des 50% de coraux endommagés. L’étoile de mer couronne d’épines atteint jusqu’à 90 cm, possède 21 bras et son corps est recouvert de pointes toxiques.

>> À lire aussi : Inquiétant ! La fonte des glaces est bien plus rapide que prévu

 

En savoir plus sur : - - -

Publié par Jessy le 27 Avr 2019
0