Devenir du compost humain, ce nouveau moyen écolo de recycler les morts

Il y a des sujets qui ne sont pas simples à aborder, mais allons-y franco… Vous comptez vous faire enterrer ou vous faire incinérer ? Vous pourriez bientôt nous répondre, ni l’un ni l’autre. Vous aurez alors choisi l’humusation, c’est-à-dire, transformer votre corps en humus. Ou encore, dit autrement, devenir du compost ! Cette option est légale dans certaines parties du monde et permet de poursuivre le cercle vertueux de la vie sur terre. Contrairement à l’inhumation et à la crémation qui sont polluantes, l’humusation est non seulement naturelle, mais elle est également bonne pour la nature.

> À lire aussi : Pour mieux respecter l’environnement, ce supermarché a pris une décision radicale

L’humusation est devenue légale dans l’État de Washington

La pratique de l’humusation a été rendue légale dans l’État de Washington, ainsi que celle de l’aquamation (dissoudre le corps dans une solution chimique). À Seattle, plus grande ville de l’État de Washington, la première entreprise d’humusation s’apprête à ouvrir ses portes en 2021. Recompose sera la première entreprise du genre aux États-Unis. Elle proposera aux familles de transformer leurs défunts en humus. L’humus est la fine couche de terre supérieure du sol. On l’obtient par la décomposition de la matière organique, grâce à des bactéries, des champignons ou des animaux comme les vers.

> À lire aussi : Elle aimait tellement le thé que sa famille a exaucé son souhait de l’incinérer dans une boite de sachets de thé

Devenir utile à la Terre à sa mort, pour lui rendre ce qu’elle nous a donnés

Pour obtenir du compost humain, les cadavres sont posés sur un sol préparé et réservé à cet effet. Des grands terrains vagues seront utilisés pour y faire reposer des corps, que l’on recouvrira simplement d’un peu de matière végétale. Au bout de quelques jours, la décomposition a commencé. Après 30 jours, les tissus cèdent et les différents végétaux et animaux font leur travail. Il faut en tout 12 mois pour que les dépouilles mortelles disparaissent totalement et soient transformées en terre.

> À lire aussi : Elle se fait tatouer avec les cendres de son chien mort et incinéré

Les corps se décomposent et deviennent de l’humus

Katrina Spade, fondatrice de Recompose, croit en l’avenir de son business. « Déjà 15 000 personnes reçoivent notre newsletter. Et la législation qui permet cela, a été votée par les deux partis, soutenant le projet et le faisant passer dès le premier tour des votes ». Elle espère que des morts de tous les États-Unis pourront lui parvenir. L’humusation coutera chez elle 5 500 dollars, soit environ 5000 euros. À titre de comparaison, un cercueil en hêtre ou en sapin coute entre 500 et 1000 euros. Mais un cercueil en acajou ou en chêne peut aller jusqu’à 3 000 euros. À cela, il faut ajouter le prix de l’achat d’une concession, plus le cout de pierre tombale et de la stèle éventuelle.

> À lire aussi : Le cercueil en kit et peu cher à monter chez soi

Le nouveau moyen super écolo pour éviter la pollution de la crémation et de l’enterrement

Outre l’aspect financier, c’est l’aspect écologique qui motive les adeptes de l’humusation. Cette méthode permet de réduire grandement l’empreinte carbone. L’incinération est totalement anti-écologique. La crémation produit énormément de CO2. Pour brûler un seul corps, environ 200 litres de mazout sont dépensés. « Quand je mourrai, et quitterai cette planète qui m’a protégée et supportée pendant toute ma vie, ne sera-t-il pas temps de lui rendre ce qu’il me reste ? C’est juste logique et c’est magnifique », explique Katrina.

> À lire aussi : « Laissez-moi sortir d’ici », hurle le défunt depuis son cercueil au moment de l’enterrer

Crédits : Shutterstock

Publié par Nicolas F le 22 Fév 2020
0