Russie : 20 000 tonnes de Diesel déversées dans une rivière de l’Arctique

Décidément, 2020 n’a rien de réjouissant ! Après la crise sanitaire qui secoue le monde entier et les violences policières aux États-Unis, c’est au tour de la Russie de décréter l’état d’urgence. Cette fois-ci, ce sont 20 000 tonnes de Diesel qui sont déversées accidentellement dans une rivière de l’Arctique. Découvrez les images spectaculaires en vidéo : 

>> À lire aussi : Aviation : Premier vol pour le plus gros avion écologique du monde !

Russie : l’état d’urgence écologique

Les faits se déroulent à Norilsk, une ville industrielle de Russie. Située très au nord du cercle polaire arctique, elle est à l’origine de la catastrophe écologique en cours. En effet, le 2 juin dernier, l’organisation WWF explique que 20 000 tonnes de Diesel ont été déversées accidentellement dans la rivière Ambarnaïa. Les images sont spectaculaires puisque l’eau prend une teinte légèrement rougeâtre et laisse présager du pire.

A priori, il s’agirait d’une fuite signalée le 29 mai dernier au niveau du réservoir de carburant de la centrale thermique. Selon les premières constatations, il semblerait qu’un affaissement soudain des piliers soit à l’origine de la catastrophe. Heureusement, les autorités ont réagi rapidement en installant un barrage flottant pour contenir la vague de gasoil. Par ailleurs, une centaine de personnes travaillent sur place et auraient déjà retiré 500 m³ de Diesel.

 

>> À lire aussi : Selon plusieurs scientifiques, le coronavirus n’est que le début d’une succession de virus !

Grosse inquiétude concernant les réserves naturelles

Pour le moment, l’état d’urgence a été décrété par le procureur de la région de Krasnoïarsk. Rapidement, une enquête a été ouverte de manière à surveiller la contamination des sols mais surtout, celle des nappes phréatiques. Pour le moment, il semblerait qu’elles ne soient pas atteintes mais l’association WWF demande de mettre en place une surveillance supplémentaire au niveau de la qualité de l’eau, en aval.

Quant aux circonstances du drame, les regards se tournent vers le dérèglement climatique. En effet, la ville de Norislk est construite sur du permafrost, un sol dont les températures se maintiennent systématiquement en dessous de zéro. Cela suppose que le réchauffement l’aurait rendu friable ce qui expliquerait l’accident de la centrale en Russie. Néanmoins, pour le moment, aucun lien officiel entre ces deux événements n’a été rendu public.

Source : Science Post

En savoir plus sur : - -

Publié par Claire le 05 Juin 2020
0