Elisa Pilarski : cette étrangeté qui intrigue 8 mois après le drame…

Depuis le drame survenu le 16 novembre 2019, l’enquête sur le décès tragique d’Elisa Pilarski est en suspens. Le chien de la jeune femme, Curtis, est le principal suspect et est enfermé depuis près de huit mois. Christophe Ellul demande sa libération.

Elisa Pilarski où en est l'enquête ?

Page Facebook Christophe Ellul

>>> À lire aussi : Affaire Elisa Pilarski : sa mère révèle le contenu du dernier appel glaçant d’Elisa quelques instants avant sa mort

Le chien d’Elisa Pilarski toujours enfermé

C’est un appel au secours que lance Christophe Ellul sur Facebook. Le compagnon d’Elisa Pilarski et le maître de Curtis demande la libération de son chien enfermé depuis près de 8 mois. Après le décès de sa compagne, tuée par des morsures de chiens le 16 novembre 2019, Curtis est devenu le principal suspect. Son comportement jugé dangereux lui a valu d’être enfermé durant toute l’enquête.

« La justice a mis Curtis soi-disant sous scellé, mais elle a oublié qu’il est un être vivant, doté d’une âme, d’une sensibilité et d’un traumatisme, qui à ce jour n’a toujours pas été pris en charge par des professionnels », dénonce Christophe Ellul.

>>> À lire aussi : Xavier Dupont de Ligonnès : révélations choc sur sa vie intime très pimentée…

L’affaire Elisa Pilarski piétine

En effet, son chien doit être soumis à une expertise comportementale depuis juin 2020 d’après les propos du magistrat du parquet : « L’analyse comportementale de Curtis est prévue dans les prochains jours ». Christophe Ellul s’insurge : « Le vétérinaire mandaté par le tribunal, M. Christian Diaz, en qui nous avons toute confiance, n’a toujours pas fait cette évaluation, elle a été reportée à plusieurs reprises ».

Malheureusement, il y a encore du chemin à parcourir avant de connaître la véritable identité du meurtrier. Pour rappel, Elisa Pilarski a été attaquée soit par son propre chien, soit par les chiens de chasse présents dans la forêt au même moment que la jeune femme. L’épidémie de Coronavirus a considérablement ralenti l’enquête. Les résultats des tests ADN pratiqués sur la victime et l’ensemble des chiens devaient être rendus courant juin 2020.

>>> À lire aussi : Trois soeurs tuent leur père après des années d’abus : légitime défense ou meurtre avec préméditations ?

Publié par Justine le 03 Août 2020
0